VIDEO. Rennes: Comment les cheminots de la CGT ambiancent les manifestations contre la réforme des retraites

SOCIAL Avec sa remorque-bar, son DJ et son chanteur « El Diablo », le syndicat se fait remarquer dans le cortège

Camille Allain

— 

La remorque des cheminots de la CGT est devenue un point de rassemblement des opposants à la réforme des retraites, à Rennes.
La remorque des cheminots de la CGT est devenue un point de rassemblement des opposants à la réforme des retraites, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Depuis le début de la lutte contre la réforme des retraites, les cheminots de la CGT se font remarquer dans les manifestations rennaises.
  • Leur remorque servant de bar et de stand à galettes-saucisses connaît un franc succès.
  • Un chanteur de parodie déguisé en diable et un DJ assurent l'ambiance dans les cortèges. «Un bon moyen d'attirer du monde», selon eux.

Un Peugeot Partner surmonté d’un cercueil noir symbolisant la mort de la SNCF. Derrière, une remorque servant à la fois de bar, de barbecue et de table de mixage. Une sono qui crache de la techno et accompagne les chants criards d’un militant déguisé en diable. Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites, les cheminots de la CGT sont devenus les ambianceurs des manifestations rennaises.

En grève depuis 41 jours, ils ont de nouveau défilé mardi au milieu de quelque 2.000 personnes, offrant une parenthèse colorée dans une journée maussade. « On abandonne déjà nos salaires, on donne de notre temps pour venir manifester sous la pluie. Alors autant que ce soit fait dans une bonne ambiance », assure Florent Anger.

Ce représentant du personnel est l’un des grands artisans de la nouvelle renommée de son syndicat à Rennes. Ancien salarié d’une radio, il est devenu le DJ non officiel des cortèges, s’amusant à incruster des extraits de discours d’Emmanuel Macron ou d’Edouard Philippe dans des morceaux électro très dansants. « On peut en rire mais ces lapsus sont édifiants. Ils résument à eux seuls le regard que porte le gouvernement. Ils veulent faire mal à notre système social ».

Une remorque devenue célèbre

Micro en main et gilet orange sur le dos, Florent Anger harangue régulièrement la foule d’anonymes qui se presse autour de la remorque de la CGT pour y commander une galette saucisse, un jus d’orange ou un coup de blanc. « Avant, on avait juste un camion. On a fabriqué la remorque l’an dernier avec les restes de la gare de Fougères qu’on avait reconstituée pour une manif », détaille-t-il.

Mais la vraie vedette des cheminots, ce n’est ni la remorque ni son DJ. Perché sur le toit de la voiture, l’homme déguisé qui se fait appeler « El Diablo » amuse la foule avec ses reprises comme La salsa du Macron ou Gréviste, version syndicale de la chanson de France Gall. « Ça change de la playlist habituelle de la CGT », glisse le cheminot, sourire en coin. « Ils mettent l’ambiance, c’est plus agréable et ça rajeunit notre image. Je pense que ça peut faire venir des gens », admet Mickaël, membre de la CGT de l’usine PSA. « Je suis convaincu que ça peut nous ramener du monde », estime Florent Auger. Il en faudra pour regonfler une mobilisation qui a connu un net coup d’arrêt mardi. Verdict jeudi pour une nouvelle mobilisation.