Illustration de la cyber sécurité, ici au pôle d'excellence Cyber, ouvert à la DGA de Bruz, près de Rennes.
Illustration de la cyber sécurité, ici au pôle d'excellence Cyber, ouvert à la DGA de Bruz, près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

FORMATION

Rennes: Une cyberschool créée pour répondre à l’appétit d’ogre de la cybersécurité

Plusieurs écoles et universités ont lancé un programme de formation et offrir des candidats aux entreprises

  • Plusieurs écoles et universités de Rennes s’unissent pour créer un pôle de formation dédiée à la cybersécurité à Rennes.
  • Peu lisible, l’offre de formation est actuellement dispersée sur plusieurs sites et écoles.
  • La cyberschool est très attendue des entreprises du domaine cyber, qui ont beaucoup de difficultés à recruter.

« Notre objectif, c’est d’apparaître sur la carte européenne des formations qui comptent dans la cybersécurité ». Tout juste créée, la cyberschool de Rennes ne cache pas ses ambitions. Porté par plusieurs écoles et universités, ce projet vise à former 580 étudiants par an pour calmer l’appétit grandissant du domaine de la cybersécurité. Rennes dispose de nombreuses entreprises à la pointe dans le secteur, la direction générale de l’armement en tête, mais peine cruellement à recruter, faute de candidats. Premier lauréat du programme Investissements d’Avenir, la cyberschool est là pour ça.

Distillée ici et là dans différentes écoles, l’offre de formation dédiée à la cybersécurité est aujourd’hui « difficilement lisible », selon Pierre-Alain Fouque, enseignant à l’université Rennes 1 qui a porté le projet. « On aimerait avoir une offre plus claire, proposer une formation unique, avec le même étendard, réunie sur un même site », poursuit l’enseignant. Ce sera chose faite en 2021, quand la cyberschool prendra possession de son bâtiment, actuellement en rénovation sur le campus Beaulieu​.

« Former des experts »

Mais l’école n’attendra pas la livraison de son QG pour avancer. Dès la rentrée prochaine, elle ambitionne d’attirer les titulaires d’un niveau licence en informatique ou mathématiques pour lancer ses formations en intelligence artificielle, en cryptographie ou encore en protection des données de vie privée. « Notre objectif, c’est de former des experts, d’emmener nos étudiants jusqu’à la thèse pour en faire des spécialistes très pointus dans leur domaine », annonce David Pichardie, enseignant à l’Ecole normale supérieure de Rennes (ENS).

Cette nouvelle école devrait permettre de répondre aux besoins grandissants des entreprises de la cybersécurité, qui galèrent toutes à recruter. « C’est une vraie problématique pour nous. Nous sommes sur un marché très tendu, où même nos clients deviennent nos concurrents dans le recrutement des talents », témoigne Aurélie Blanchet, responsable communication chez Amossys. Cette société, qui propose du conseil en sécurité des technologies de l’information, a été fondée en 2007 mais voit ses effectifs croître à grande vitesse. « Nous étions 45 en 2017, nous sommes 72 aujourd’hui. Et nous serons 100 d’ici fin 2020 », annonce la représentante d’Amossys.

Déjà plus de 3.000 emplois à Rennes

Couplé à la présence des militaires de la Direction générale de l’armement et de son pôle cyber à Bruz, le marché de l’emploi hyper dynamique du bassin rennais sera un véritable atout pour la cyberschool. « Le potentiel rennais est quasi inégalé en France », promet David Pichardie. D’après une étude de l’agence Audiar, la cybersécurité offre actuellement 3.400 emplois dans la métropole. Et encore davantage dans le futur.