Bretons

Philippe Créhange: “Le Club des Trente n’a plus de cause à défendre”

Bretagne Le journaliste, rédacteur en chef du Mensuel de Rennes, a enquêté sur le mystérieux Club des Trente, un groupe qui, depuis 1988, réunit la plupart des grands patrons bretons. Il dévoile le fonctionnement de ce club et révèle sa réelle influence...

Didier Le Corre - Bretons

— 

Philippe Créhange, journaliste et Rédacteur en chef du Mensuel de Rennes
Philippe Créhange, journaliste et Rédacteur en chef du Mensuel de Rennes — Gwénaël Saliou - Bretons

Bretons : Lorsque Jean-Luc Le Douarin, l’un des membres fondateurs du club, vous donne ses archives, vous recevez beaucoup de documents. Mais en quoi consistent ces documents ?

Philippe Créhange : Ce sont des comptes rendus de leurs premières réunions. J’imagine qu’il y avait quelqu’un sur place qui devait saisir ça, je ne lui ai pas demandé. J’étais tellement content de les avoir… En tout cas, c’est extrêmement précis dans les comptes rendus. Lorsqu’on les lit, on entend vraiment les patrons parler. J’ai retranscrit dans ce livre les paroles réelles que ces chefs d’entreprise ont tenues lors de ces réunions.

Quelle période couvrent ces archives ?

C’est vraiment le démarrage. Cela part de la première réunion, qui a eu lieu le 25 novembre 1988 dans le château d’Yves Rocher, et se poursuit jusqu’à l’année 1989. Il existe quelques brefs évènements en 1990, mais très peu. C’est une mine d’informations extraordinaire. J’ai tout de suite pu comprendre précisément ce qui se passait dans la tête de ces patrons à ce moment-là, les raisons pour lesquelles ils avaient créé le club. Et puis, j’ai récupéré les autres informations par des interviews, par leur entourage, des gens qu’ils connaissent ou qu’ils ont connus, certains qui ont connu le club, etc. Mais beaucoup n’ont pas souhaité s’exprimer.

A priori, vous n’avez pas trouvé de documents ou témoignages sur autre chose que l’économie. Pas de réflexions sur la langue, la signalisation bilingue, le patrimoine, le retour de la Loire- Atlantique, l’enseignement de l’histoire, etc.

Ils en parlent un petit peu, mais c’est en effet balayé rapidement. Il ne faut pas oublier que ce sont des chefs d’entreprise, donc ils sont focalisés sur le développement de leur business. Ils raisonnent “économie, économie, économie…” Comment fait-on pour maintenir nos entreprises dans la région, les développer et créer de l’emploi ? Avec une mondialisation qui s’accélère, ils voient qu’il y a de plus en plus de marchés à l’international, et ils ont besoin, pour avoir accès à ces marchés, que la Bretagne soit raccordée au monde, ils ont besoin de mobilité.

Par exemple, ils ne pensent pas qu’un retour de la Loire-Atlantique pourrait bénéficier à la fois aux Nantais et au reste de la Bretagne ? Il n’y a pas ce débat-là, apparemment…

Ils l’ont effleuré au démarrage mais, très rapidement, ils se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas d’accord sur la question… Il y a des Nantais qui sont déjà au Club des Trente à l’époque, et c’est peut-être eux d’ailleurs les moins pressés de voir la Loire-Atlantique rejoindre la Bretagne. Ils sont assez bien dans les Pays de la Loire, Nantes en est le pôle central, et ça a l’air de bien leur aller. Et c’est pour ça que, très vite, ils ont parlé “d’Armorique”. On ne parle pas des Pays de la Loire ou de la Bretagne à cinq mais bien d’Armorique. C’est Claude Champaud qui en est à l’origine, à mon avis. Ça arrangeait tout le monde. D’ailleurs, lors d’une conférence de presse en 2017 avant la décision prise sur Notre-Dame-des-Landes, la première où ils sont un peu plus “visibles”, Roland Beaumanoir utilise beaucoup le terme “Armorique”. C’est un terme pourtant totalement désuet aujourd’hui, personne ne l’emploie, à part des géographes ou des géologues...

(...)

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans le magazine Bretons n°159 de décembre 2019.

Magazine Bretons n°159 - décembre 2019

Le Mystérieux Club des Trente, Philippe Créhange, Les éditions du Coin de la rue,
238 p., 19,90 €

Cet article est réalisé par le magazine Bretons et hébergé par 20 Minutes.