Rennes : Pourquoi les rave parties s’invitent-elles en ville ?

CULTURE Voilà un mois que des soirées sont organisées tous les week-end dans la capitale bretonne

Camille Allain

— 

Illustration de teufeurs participant à une rave party à Rennes.
Illustration de teufeurs participant à une rave party à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Voilà un mois que Rennes accueille des rave parties sur son territoire.
  • Samedi soir, 500 à 800 personnes ont dansé sur le site de la Barre Thomas, route de Lorient. Et de nombreux riverains ont râlé.
  • Le froid, mais aussi le manque de sites appropriés poussent les organisateurs à se rabattre en ville, où les friches industrielles sont plus nombreuses.

Les basses ont résonné toute la nuit de samedi à dimanche. Posée sur l’ancien site industriel de la Barre-Thomas, une rave party a rassemblé entre 500 et 800 personnes jusqu’à dimanche midi à Rennes. Un événement non déclaré qui a été entendu par une bonne partie de la capitale bretonne, provoquant la colère de certains, y compris de la municipalité. Les week-ends précédents, c’est à Saint-Grégoire, à quelques kilomètres de là, que les teufeurs avaient posé leur son, agaçant là aussi le maire et ses administrés​. Mais pourquoi les sound systems viennent-ils s’installer en ville ? Nous avons posé la question à des organisateurs, des DJ, des teufeurs. Et les avis divergent.

Parce qu’il fait froid

La première des explications est saisonnière. L’automne breton est froid et pluvieux et rend compliquée l’organisation de soirées en extérieur. « On cherchait un lieu à l’abri, une friche qui colle bien avec l’esprit underground de notre soirée. On a trouvé ce hangar et ça collait bien », explique l’un des membres du collectif Raziatek qui a organisé la rave party de samedi route de Lorient. En choisissant un champ, les sound systems prennent le risque de voir le matériel être noyé sous la pluie ou dans la boue.

Parce qu’ils veulent se montrer

Organiser une teuf en campagne, ça ne gêne pas grand monde. Mais quand elle s’invite en ville, ça fait tout de suite plus de bruit. « Les sound systems veulent montrer qu’ils existent face à la répression. On se fait sans cesse repousser alors qu’on ne fait rien de mal », estime Sarah, une jeune teufeuse bretonne.

Pour le président de l’association nationale Free’Form, ce rapprochement des villes est « un révélateur des besoins des acteurs culturels. Tout ce qu’ils demandent, c’est d’avoir un toit pour organiser leurs soirées. Mais les élus locaux ignorent le milieu. Les organisateurs prennent ce que les pouvoirs publics ne leur donnent pas », estime Samuel Raymond. « C’est une culture mais elle n’est pas reconnue », ajoute le collectif Raziatek, basé à Fougères.

Parce que c’est plus simple

Utiliser trois fois le même site comme ce fut le cas à Saint-Grégoire, c’est assez rare. « C’est même plutôt mal vu dans le milieu », estime Sarah. « On est conscients du ras-le-bol des gens, donc on évite de faire ça toujours au même endroit », promet-on chez Raziatek.

Sauf que les rave parties sont actuellement très populaires chez les très jeunes générations et que de nouvelles associations émergent, sans vraiment d’expérience. « Les sites sont connus, c’est une facilité pour les orgas. Ils n’ont pas à trouver un nouveau spot », témoigne un DJ habitué des free parties. Selon lui, « la soirée de samedi à Rennes, c’était l’une des dernières dans le coin. C’est trop repéré. Les sound systems savent qu’ils prennent des risques à revenir au même endroit ». De quoi rassurer les Rennais…

Parce que la police ne se déplace pas

La dernière explication ne va pas faire plaisir aux policiers. D’après un DJ, les organisateurs ciblent les zones gérées par la police car « elle ne se déplace pas ». Dans les campagnes, où c’est la gendarmerie qui est en charge du maintien de l’ordre, « le risque de voir les autorités intervenir est plus grand », selon ce DJ. Les saisies de matériel, la phobie des sound systems, sont plus fréquentes et les rassemblements plus susceptibles d’être annulés.