Rennes : « Les nuisances ne sont pas admissibles »… La ville ne veut plus de rave parties

BOUM BOUM Une soirée électro s'est déroulée sur l'ancien site industriel de la Barre-Thomas dans la nuit de samedi à dimanche

Camille Allain

— 

Illustration d'une rave party, ici à Pont-Réan, près de Rennes.
Illustration d'une rave party, ici à Pont-Réan, près de Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes

Après Saint-Grégoire, c’est au tour de la ville de Rennes de hausser le ton contre les rave parties. Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs centaines de teufeurs ont investi l’ancien site industriel de la Barre-Thomas, route de Lorient, pour y poser leurs enceintes. Une soirée improvisée qui n’a pas vraiment plu aux habitants du quartier, qui ont entendu les basses résonner jusqu’à dimanche midi.

Alertée, la municipalité a admis que le rassemblement avait « considérablement troublé la tranquillité des riverains et d’une partie des habitants de la ville ». La ville estime par ailleurs que « les nuisances occasionnées par ce rassemblement illégal ne sont pas admissibles ».

Dès cette semaine, les services municipaux vont saisir le propriétaire privé du site (l’industriel Cooper Standard), qui est actuellement en déconstruction, et la police nationale. La ville de Rennes espère ainsi « empêcher qu’une telle situation ne se renouvelle ».

Saint-Grégoire a vécu la même chose

La semaine dernière, c’est la mairie de Saint-Grégoire qui avait suivi la même procédure. Excédé par trois semaines de rave party sur un site désaffecté, le maire Pierre Breteau avait fait démolir les accès et le parking avait été rendu impraticable.