Rennes: Une semaine pour recycler vos vieux téléphones oubliés au fond d'un tiroir

RECYCLAGE L'association Recycl’tonphone lance une grande opération de recyclage des portables dans les lycées et établissements supérieurs de Rennes

Camille Allain

— 

Illustration d'un téléphone portable utilisé dans le métro de Rennes.
Illustration d'un téléphone portable utilisé dans le métro de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • L'association Recycl’tonphone lance une grande opération de recyclage des portables cette semaine à Rennes.
  • D'après une enquête du Sénat, 100 millions de mobiles traînent dans les tiroirs des Français.
  • Des matériaux comme le lithium, l'or ou l'argent peuvent pourtant être recyclés et réutilisés. 

Un chiffre affolant. D’après une étude menée par une commission d’enquête sénatoriale, 100 millions de téléphones portables usagés dormiraient au fond des tiroirs des Français. Ne faites pas les surpris, nous sommes tous, ou presque, concernés. Emportés par la vague du « je le range là au cas où », nous oublions que nos mobiles constituent un immense gisement de matériaux.

Pour tenter d’alerter la population sur ce phénomène, l’association rennaise Recycl’tonphone lance cette semaine une grande opération de recyclage des téléphones portables dans les lycées et établissements supérieurs de Rennes. En partenariat avec Orange, une vingtaine de « boîtes » seront disposées dans les accueils des écoles et à l’entrée des bibliothèques universitaires. « On sait que nos téléphones ne nous serviront plus à rien mais malgré tout, on les garde. C’est comme si ça touchait à l’affectif », explique Grégoire Benâtre, l’un des fondateurs de l’association Recycl’tonphone.

Du lithium, de l’argent, de l’or…

L’an dernier, cet étudiant avait lancé une petite collecte dans des lycées de la capitale bretonne qui avait permis de récupérer une centaine de téléphones en fin de vie et une vingtaine d’accessoires. « C’est une mine de matériaux. Parfois, ils peuvent même être reconditionnés », poursuit Grégoire Benâtre. Seulement 15 % des appareils seraient recyclés, alors qu’ils contiennent des métaux rares comme le lithium ou précieux comme de l’or ou de l’argent.

Une fois récupérés, les mobiles usagés seront envoyés dans l’entreprise du réseau Emmaüs Les Ateliers du Bocage, basée dans les Deux-Sèvres. C’est là que seront récupérés tous les matériaux valorisables. A noter que toutes les données sont systématiquement effacées à l’arrivée dans l’atelier.