Rennes : Une supérette à l’abandon transformée en laboratoire culturel

CULTURE L’association rennaise L’Armada Productions ouvre les portes de sa « casba » au public ce week-end

Camille Allain

— 

Une partie de L'Armada Productions dans sa casba, son nouveau QG culturel installé à Saint-Erblon, près de Rennes.
Une partie de L'Armada Productions dans sa casba, son nouveau QG culturel installé à Saint-Erblon, près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • A l'abandon depuis trois ans, une supérette a été transformée en un nouveau lieu culturel à Saint-Erblon, près de Rennes.
  • L'Armada Productions, qui y a posé ses valises, souhaite ouvrir le lieu aux habitants et animer la vie de la commune.
  • Des spectacles y seront proposés régulièrement sans pour autant que le lieu ne devienne un centre culturel. 

Du carrelage blanc usé par les années. Et la devanture de l’ancien boucher. Voilà tout ce qu’il restait de la supérette de Saint-Erblon (Ille-et-Vilaine​) quand les équipes de L’Armada Productions l’ont visitée. Deux ans plus tard, l’association culturelle spécialisée dans le jeune public a tout transformé pour y établir son nouveau QG. Une salle de spectacle de 200 places debout, un studio radio et des bureaux tout beaux occupent désormais les 650 m² de surface laissés à l’abandon, au milieu de la place piétonne de la petite commune au sud de Rennes.

Née en 2001 de l’envie de produire des spectacles pour enfants, L’Armada Productions a bien grandi et cherchait activement de nouveaux locaux pour y poser les bureaux de sa vingtaine de salariés. « On a eu de la chance de tomber sur cette opportunité. Mais c’est aussi une prise de risque car il y a un gros investissement financier et qu’on y a consacré beaucoup de temps et d’énergie », explique Clémence Hugo, la responsable communication de la structure.

« Un excellent moyen d’animer la commune »

Le coût global du projet est évalué à 1,1 million d’euros. La moitié de l’investissement est assumée par la ville de Saint-Erblon, l’autre moitié par l’association. « Nous avions fait l’acquisition de la supérette et nous souhaitions la transformer en local culturel, embraye le maire Hervé Letort. Nous souhaitions revitaliser notre centre bourg. Cette coopération, c’est un excellent moyen d’animer la commune ».

« La casba », c’est son nom, ouvrira ses portes au public pour la première fois ce week-end au détour d’un concert vendredi, de ciné-concerts pour les enfants et d’ateliers gratuits proposés samedi. Si ce nouveau lieu se veut ouvert sur l’extérieur et accueillera régulièrement des habitants pour des spectacles, il ne sera pas pour autant un centre culturel. « Nous n’avons pas de subvention de fonctionnement comme d’autres lieux culturels, donc nous ne pouvons pas proposer de programmation annuelle. On se voit plutôt comme un laboratoire », poursuit Clémence Hugo. « Il existe déjà des lieux à Vern, à Pont-Péan, à Bruz ou à Chartres. Il fallait trouver quelque chose qui complète l’offre », précise Hervé Letort.

Des spectacles qui voyagent dans le monde entier

Ici les artistes viendront en résidence pour créer, travailler et même tester leur œuvre sur des enfants « cobayes ». Des spectacles produits ou soutenus par L’Armada qui sont parfois voués à s’envoler dans le monde entier.

Plusieurs artistes de l’association ont récemment tourné en Corée, en Chine, au Québec et même jusque dans la lointaine Australie. « La France est pas mal en avance sur la création jeune public », estime la responsable communication de la structure. Et Saint-Erblon se place sur l’échiquier.