Bretons

Romain Danzé: “Dans mes rêves les plus fous, je n’imaginais pas ça…”

Bretagne L’emblématique et émouvant capitaine du Stade Rennais vient de prendre sa retraite à l’issue de la plus belle saison de son club. Ses mots sont ceux d’un footballeur rare et d’un homme profond...

Tugdual Denis - Bretons

— 

Romain Danzé, capitaine du Stade Rennais
Romain Danzé, capitaine du Stade Rennais — Emmanuel Pain - Bretons

Romain Danzé est un garçon poli qui répond aux SMS et s’exprime bien. Romain Danzé est un garçon fidèle qui aura joué en tant que professionnel dans un seul club, le Stade Rennais, durant treize saisons et près de 400 matches. Romain Danzé est un Breton attachant qui permet de mesurer l’interpénétration entre la région et le ballon rond. Romain Danzé est un garçon disponible qui a accepté de faire avec nous son bilan. •

BRETONS : Le 26 avril dernier, au Stade de France, Rennes remportait la Coupe de France face au PSG. Vous n’avez presque pas joué cette saison, à cause d’une blessure au genou. Vous voilà malgré tout à l’issue du match, face à la tribune des supporters qui vous acclament. Que ressentez-vous ?

ROMAIN DANZÉ : Il s’agit d’un moment à part. J’étais dans une forme d’état de choc. Je ne pense pas à grand-chose, je regarde, je savoure. J’observe tous ces gens qui ont supporté le Stade Rennais durant des années et qui sont, à cet instant, heureux.
Des personnes me sautent dessus sans que je sache précisément qui ils sont. Dans la foule, je croise certains regards que je connais, d’autres pas. Je suis dans une effervescence, un tourbillon, et, pour être honnête, je ne calcule pas grand-chose.

(...)

Dans votre carrière, l’identification entre votre nom de famille, le numéro de votre maillot, 29, en hommage au Finistère, la situation géographique du club et la volonté pour le Stade Rennais de cultiver son ancrage breton a été déterminante…

Cela m’a énormément servi. Le club a beaucoup axé sa communication sur son identité régionale. Nous n’étions que deux ou trois joueurs bretons dans le groupe, et il n’y avait parfois que moi qui jouais. À un moment donné, j’ai été un peu la figure de ça. Plus globalement, cette stratégie a été utile pour le club : nous sommes dans une région avec un état d’esprit particulier. Les Bretons sont humbles, travailleurs, fidèles. Et fiers de défendre leur maillot.

(...)

Retrouvez l'intégralité de cet entretien  dans le magazine Bretons n°156 d'août-septembre 2019

N°156 - Août-Septembre 2019

Cet article est réalisé par le magazine Bretons et hébergé par 20 Minutes.