Rennes : Pourquoi des hermines ont-elles envahi le centre-ville ?

MYSTÈRE Le petit animal, symbole de la Bretagne, a fait son apparition ces derniers jours sur les vitrines de plusieurs boutiques vides

Jérôme Gicquel

— 

F Lancer le diaporama
F — J. Gicquel / 20 Minutes

« Il y a des hermines partout en ville, c’est du délire ! » Comme cet étudiant croisé au hasard d’une rue ce lundi après-midi, les passants sont nombreux à s’interroger sur cette invasion dans le centre-ville de Rennes.

Depuis le milieu de la semaine dernière, des hermines et leur joli minois ont fait leur apparition sur les devantures d’une douzaine de boutiques ou locaux vides. Sur les réseaux sociaux, les charmantes petites bêtes ont vite fait le bonheur des internautes, tout heureux de pouvoir « shooter » ce symbole de la Bretagne.

Voir cette publication sur Instagram

H E R M I N E S… #rennes #rennesstreetart #streetart #bonnekozh #rennescentreancien #rennesphotography #rennesmetropole #streetartist #muralart #streetarteverywhere #artist #arturbain #artderue #paint #graffiti #graff #spray #spraypaint #urbanart #graffitistreet #muralisme #travel #photography #bretagne #bzh #breizh #igersbretagne #urbex

Une publication partagée par _art_ju_ (@_art_ju_) le 1 Sept. 2019 à 11 : 38 PDT

Après quelques jours de teasing, le mystère de leur présence a été dévoilé. Il s’agit en fait d’une « démarche artistique » menée par l’aménageur Territoires pour le compte de la ville de Rennes dans le cadre de son opération de rénovation de son centre ancien.

« Habiller » les boutiques vides en attendant les travaux

Les hermines ont ainsi toutes trouvé refuge sur les vitrines de boutiques situées au pied d’immeubles en cours de réhabilitation. Une manière « d’habiller » ces devantures vides, jamais très bonnes pour l’image d’une ville, mais aussi d’informer les riverains sur les travaux à venir.

En parallèle, un site a ainsi été mis en ligne avec une cartographie des immeubles concernés par cette opération de réhabilitation ainsi que le calendrier des travaux. A terme, ce sont 59 hermines qui veilleront sur le centre historique de Rennes, le temps que ce dernier retrouve un peu de sa superbe.