VIDEO. Rennes : Une rentrée encore plus électrique sur le réseau Star

TRANSPORTS Des trottinettes vont être proposées à la location tandis que les bus électriques vont se déployer sur plusieurs lignes

Jérôme Gicquel

— 

Un bus électrique circulant à Rennes, le 2 mai 2018. Conçu par le groupe Bluebus de Bolloré, le bus est le premier du genre sur le réseau Star de Keolis Rennes.
Un bus électrique circulant à Rennes, le 2 mai 2018. Conçu par le groupe Bluebus de Bolloré, le bus est le premier du genre sur le réseau Star de Keolis Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • En test depuis mai 2018 sur la ligne 6, les bus électriques Bluebus de Bolloré vont se déployer sur le réseau Star à Rennes dans les prochains mois.
  • Deux nouvelles navettes autonomes vont également être mises en service sur le campus de Beaulieu.
  • Un tirage au sort va désigner les 100 premiers usagers qui pourront profiter des trottinettes électriques proposées à la location longue durée par la métropole.

Après avoir ralenti la cadence, le réseau Star va retrouver son rythme de croisière ce lundi à Rennes. Mais que les usagers se rassurent, aucun grand chambardement n’est prévu dans les prochains mois. Pour cela, il faudra attendre le second semestre 2020 avec la mise en service de la ligne b du métro. D’ici là, quelques nouveautés sont tout de même prévues dans les transports, qui se veulent en cette rentrée toujours plus doux.

Les bus électriques vont se déployer.

Depuis mai 2018, les usagers de la 12 sont habitués à voir circuler des bus électriques sur leur ligne. Six sont pour l’heure en service et un septième Bluebus doit débarquer prochainement. Pour poursuivre l’expérimentation, ces bus électriques circuleront à partir du mois de janvier sur d’autres lignes du réseau. Un bus articulé de 18 mètres, contre 12 actuellement, sera également testé courant 2020 sur la ligne 6.

Parallèlement à cela, la métropole a lancé un appel d’offres pour l’acquisition de 150 bus électriques. Le choix du ou des lauréats sera connu au premier semestre 2020. Le réseau Star pourra alors accélérer sa conversion à l’électrique avec l’objectif affiché de basculer au 100% en 2030 sur l’ensemble des lignes urbaines.

Quatre navettes autonomes à Beaulieu.

Leur look un peu étrange ne passe pas inaperçu depuis novembre à Beaulieu. Circulant sans conducteur, les deux navettes autonomes de la société Navya vont reprendre du service le 9 septembre afin de transporter les étudiants et enseignants sur le campus.

Aucun gros couac n’a pour l’heure été signalé même s’il reste encore des progrès à accomplir. « Sur les questions de confort et de vitesse notamment », indique Jean-Jacques Bernard, vice-président de la métropole chargé des transports. Pour l’heure, les deux navettes autonomes circulent à une vitesse moyenne de 8 km/h avec des pointes jusqu’à 15 km/h. « On aimerait atteindre une vitesse commerciale comprise entre 15 et 20 km/h », souligne Laurent Senigout, directeur de Keolis Rennes.

Pour faire jouer la concurrence et tester d’autres modèles, la métropole mettra d’ailleurs en service deux nouvelles navettes automnes sur le campus universitaire cet automne. Elles seront fournies par la société toulousaine EasyMile.

Un tirage au sort pour les trottinettes électriques.

Les trottinettes électriques se font plutôt rares pour l’instant dans les rues de Rennes. Mais cela va bientôt changer. Dans les prochains jours, une centaine d’engins sera proposée à la location longue durée par la métropole. Comme pour les vélos électriques, les usagers pourront d’abord louer et tester la trottinette pendant un an avec ensuite la possibilité de l’acheter. Mais il n’y en aura malheureusement pas pour tout le monde. Face aux nombreuses demandes, un tirage au sort sera organisé le 9 septembre pour désigner les 100 premiers loueurs.

Présentes dans de nombreuses villes, les trottinettes électriques en libre-service ne sont en revanche pas les bienvenues, pour l’instant, dans la capitale bretonne. En attendant un vrai cadre réglementaire, la ville de Rennes a en effet opposé une fin de non-recevoir aux sociétés Lime et Flash qui l’avaient approchée. Elle souhaite ainsi éviter l’abandon anarchique des trottinettes sur les trottoirs qui posent de plus en plus problème.