VIDEO. Rennes: Breizhicoop, premier supermarché coopératif de Bretagne, a ouvert ses portes

COMMERCE Les 330 coopérateurs peuvent y faire leurs courses à condition d’y travailler trois heures par mois

Manuel Pavard

— 

Les clients de Breizhicoop sont également propriétaires et employés de la supérette.
Les clients de Breizhicoop sont également propriétaires et employés de la supérette. — M. Pavard / 20 Minutes
  • Breizhicoop, le premier supermarché coopératif breton, a ouvert dans le quartier du Blosne, à Rennes.
  • Les 330 coopérateurs sont à la fois propriétaires, clients et employés et doivent travailler trois heures par mois au magasin pour y faire leurs courses.
  • Breizhicoop propose surtout des produits bio et locaux, à des prix assez compétitifs par rapport à une épicerie bio classique.

Il y avait foule jeudi soir, au 15 avenue de Pologne, en plein cœur du quartier du Blosne, à Rennes. Les 330 coopérateurs de Breizhicoop célébraient en effet un petit événement : l’inauguration du premier supermarché coopératif et participatif de Bretagne. Un concept qui avait déjà essaimé à Paris, Nantes, Bordeaux ou Marseille mais qui était jusque-là inconnu dans la région.

Hamid Saboni, adhérent de la première heure, dévoile les dessous de la recette Breizhicoop : « Nous sommes tous à la fois propriétaires, clients et employés. » « Pour devenir coopérateur et faire ses courses ici, explique-t-il, il faut acheter des parts sociales [de 90 euros ou 30 euros pour les bénéficiaires de minima sociaux] et participer en travaillant au moins trois heures par mois. » Ces trois heures mensuelles peuvent être dédiées à toutes les tâches possibles : mise en rayon, caisse, réception des marchandises, ménage, comptabilité…

Surtout des produits bio et locaux

Sur une surface totale de 270 m², dont 180 m² destinées à la vente, Breizhicoop vend toutes sortes de denrées alimentaires. « On a deux rayons entièrement bio, les fruits et légumes et le vrac, précise Hamid Saboni. Pour le reste, on a surtout des produits bio mais pas que, car on souhaite être accessible à tout le monde. Et on propose de plus en plus de produits locaux, l’ambition étant d’en avoir le maximum possible. »

Côté prix, « certains produits sont un tout petit peu plus chers mais sur la plupart des produits, nous sommes très compétitifs », se félicite le coopérateur. Breizhicoop peut ainsi proposer des prix moins élevés que dans un magasin bio classique grâce à ses deux atouts : une masse salariale quasi nulle et le fait de ne pas viser de bénéfices.

La supérette espère maintenant attirer de nouveaux adhérents, ce qui permettrait de diminuer encore les prix. Pour l’instant, le succès est en tout cas au rendez-vous, le nombre de coopérateurs étant passé en deux mois de 160 à 330 – dont 20 % d’habitants du quartier. Parmi ces derniers, Hakima, résidente du Blosne depuis 20 ans, est venue par curiosité : « C’est une bonne chose car on n’avait quasiment plus aucun commerce dans cette partie du quartier. Je crois que je vais me laisser tenter pour venir faire mes courses ici. »