Jean-Pierre Marielle : Un seigneur du cinéma breton

Portrait Si le grand acteur disparu en avril dernier, qui a passé ses jeunes années dans l’Yonne, n’était pas Breton, il a tourné dans trois films qui ont la région pour cadre. Marquis de Pontcallec loufoque dans Que la fête commence…, représentant en parapluies s’installant dans le libertinage dans Les Galettes de Pont-Aven, ou encore maire de Molène avec Les Seigneurs, Jean-Pierre Marielle a marqué la cinématographie bretonne...    

Maiwenn Raynaudon-Kerzerho - Bretons

— 

Jean-Pierre Marielle à Molène
Jean-Pierre Marielle à Molène — Emmanuel Pain

“Nom de Dieu de bordel de merde !” Jean-Pierre Marielle en gilet breton, développant une tirade admirative à propos des fesses d’une jeune serveuse. Ou encore, drapé dans un long manteau, incarnant un marquis de Pontcallec ruiné et fantasque. Marielle toujours, casquette vissée sur la tête et barbe blanche dévorant ses joues, campant le maire de la petite île de Molène, bien décidé à empêcher la fermeture de la conserverie. Le comédien, disparu le 24 avril dernier, a passé son enfance à Précy-le-Sec, entre Auxerre et Dijon. Il n’avait donc pas grand-chose de breton. Mais, à travers trois films mémorables, Les Galettes de Pont-Aven, Que la fête commence… et Les Seigneurs, il a pourtant marqué l’univers cinématographique de la région. Retour sur ces trois moments où cet acteur parmi les plus grands du cinéma français a ancré sa nonchalance, sa prestance, sa voix et son humour en Bretagne.

 

Retrouvez la suite de cet article dans le magazine Bretons de juin

 

Bretons n°154
Bretons n°154 - Bretons