Rennes: Du street art pour faire ralentir les conducteurs

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Des œuvres sont apparues ces derniers jours sur la chaussée pour attirer l’œil des automobilistes

Jérôme Gicquel

— 

Sur le boulevard de la Liberté à Rennes, la famille canard a désormais la priorité.
Sur le boulevard de la Liberté à Rennes, la famille canard a désormais la priorité. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • A Rennes, quatre œuvres de street art ont été peintes sur la chaussée pour améliorer la sécurité routière.
  • L’objectif est d’attirer l’œil de l’automobiliste et de l’inciter ainsi à réduire sa vitesse.
  • Les lignes d’effet installées en amont des passages piétons vont aussi se généraliser dans les prochains mois.

Sur le boulevard de la Liberté à Rennes, les automobilistes sont désormais priés de ralentir pour laisser passer la famille canard au grand complet. Depuis quelques jours, quatre œuvres de street art ont fleuri sur la chaussée dans plusieurs endroits de la ville.

Ce petit clin d’œil est certes artistique et humoristique. Mais il vise aussi et surtout à améliorer la sécurité routière. « En captant le regard de l’automobiliste, on espère ainsi l’obliger à ralentir », indique Sylviane Rault, l’adjointe chargée des questions de mobilité. L’idée n’est pas totalement nouvelle puisque plusieurs villes ont déjà leur passage piéton en 3D.

Mais plutôt que jouer sur l’illusion d’optique, la ville de Rennes a quant à elle préféré miser sur la couleur et les formes, à l’image du mandala peint sur le sas à vélo près du Théâtre National de Bretagne. « Mettre du beau, créer de l’inattendu peut permettre d’apaiser la circulation en ville », poursuit l’élue.

Les lignes d’effet bientôt généralisées

Les endroits où les œuvres ont été peintes n’ont bien sûr pas été choisis au hasard. Il s’agit de quatre secteurs où les automobilistes se montrent souvent irrespectueux à l’égard des usagers vulnérables (piétons, cyclistes). « C’est une zone à 30 mais il n’y a pas beaucoup de monde qui respecte la vitesse », confirme ce policier municipal, qui assure la sortie des classes à l’école Liberté. « Même nous, ils ne nous voient pas des fois. Un collègue a failli se faire renverser l’autre jour », assure cet autre agent.

Sur ce passage piéton en question, la ville avait déjà installé récemment une ligne d’effet afin que les voitures s’arrêtent en amont. Ce nouveau marquage au sol va d’ailleurs se généraliser en ville ces prochains mois, un décret de décembre 2018 autorisant les collectivités à le mettre en place. « On a identifié 200 passages piétons où des lignes d’effet seront matérialisées au sol », précise Sylviane Rault. A l’avenir, les conducteurs vont donc devoir redoubler de vigilance la ville. Et en levant le pied, ils pourront ainsi apprécier les œuvres peintes sur la chaussée.