Rennes: La ville cherche des agriculteurs bio pour exploiter ses parcelles

AGRICULTURE Un appel à projets a été lancé sur le site de la Prévalaye

Jérôme Gicquel

— 

Quelques animaux ont déjà pris leurs aises sur le site de la Prévalaye.
Quelques animaux ont déjà pris leurs aises sur le site de la Prévalaye. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • La ville de Rennes veut faire revivre le passé agricole du site de la Prévalaye.
  • Elle recherche des agriculteurs pour exploiter des parcelles sur une surface de 10 hectares.
  • D’autres appels à projets devraient suivre, la municipalité étant propriétaire de 300 hectares sur les 450 que compte le site.

La Prévalaye sera-t-elle bientôt une grande ferme vivrière pour les Rennais ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais la ville souhaite en tout cas faire revivre le passé agricole de ce site de 450 hectares, situé en bordure de rocade au sud-ouest de la ville. Elle vient de lancer pour cela un appel à manifestations d’intérêt pour l’exploitation de trois parcelles sur une surface totale de 10 hectares.

Les candidats, qui ont jusqu’au 17 mai pour déposer leur dossier, devront être engagés dans une démarche bio. « Cela peut-être du maraîchage, de l’arboriculture, de la culture céréalière ou de l’élevage. Tout projet sera le bienvenu », indique Daniel Guillotin, conseiller municipal délégué à l’écologie urbaine. L’élu évoque aussi la dimension « sociale et pédagogique » de cet appel à projets. « Il y a l’idée de ramener du lien entre les agriculteurs et les habitants qui sont de plus en plus demandeurs de produits locaux », assure-t-il.

La campagne aux portes de la ville

Par la voix de Matthieu Theurier, conseiller municipal, les écologistes applaudissent la démarche. « L’installation de paysans sur la Prévalaye est un grand pas pour le développement d’une agriculture locale et de qualité au plus près de notre ville », a-t-il indiqué.

Loin de l’agitation de la ville, le site a tout pour séduire les futurs agriculteurs urbains, qui se verront proposer des baux ruraux de 20 à 25 ans après une première année de test. « On se croirait en pleine campagne alors qu’on est seulement à quelques minutes du centre-ville », indique Fabrice, croisé au détour d’un chemin.

Les produits seront vendus sur place

Son caractère rural est aussi déjà bien marqué avec la présence de 228 jardins familiaux et de la ferme pédagogique de la Bintinais. Il y a deux ans, la municipalité avait aussi validé l’installation de la micro-ferme Perma G’Rennes, spécialisée en permaculture, et du jardin pédagogique des Mille Pas.

228 parcelles de jardins familiaux sont recensées sur le site de la Prévalaye.
228 parcelles de jardins familiaux sont recensées sur le site de la Prévalaye. - J. Gicquel / 20 Minutes

Propriétaire d’environ 300 hectares, la ville ne manque en tout cas pas de terrain pour accueillir des paysans. Un nouvel appel à projets portant sur une surface de terre similaire est déjà prévu pour l’an prochain. Dans l’esprit « de la terre à l’assiette », elle envisage également un lieu de vente de produits locaux dans l’ancienne ferme de la Basse-Cour. Et si les récoltes sont bonnes, on pourrait même voir un jour débarquer les légumes et la viande de la Prévalaye dans les assiettes des élèves.