Rennes: Avec le prêt sur gage, on échange des objets contre du cash

ARGENT Le Crédit Municipal de Nantes vient d’ouvrir une antenne dans la capitale bretonne

Jérôme Gicquel

— 

Avant d'être échangés contre un prêt, les objets sont expertisés par un commissaire-priseur.
Avant d'être échangés contre un prêt, les objets sont expertisés par un commissaire-priseur. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Le Crédit Municipal de Nantes vient d’ouvrir une antenne à Rennes.
  • Il propose notamment comme service le prêt sur gage, permettant à un client d’obtenir de l’argent liquide en échange d’un objet.
  • La grande majorité des clients rembourse leur prêt et récupère ensuite leur objet.

On l’appelle Mont-de-Piété, le clou ou bien encore « Ma Tante ». Depuis quelques semaines, le Crédit Municipal de Nantes a ouvert une antenne dans le quartier Saint-Hélier à Rennes. Enfin pourrait-on écrire, car il s’agit là d’une vieille institution présente depuis plus de 200 ans dans la Cité des Ducs.

Parmi les services proposés, du micro-crédit, de la micro-épargne mais aussi le prêt sur gage. Cette méthode de financement consiste à déposer un objet en échange d’un prêt recouvrant environ 80 % de sa valeur. Et contrairement à une banque classique, « le service s’adresse à tout le monde, sans conditions de ressources », indique Jean-François Pilet, directeur général du Crédit Municipal de Nantes.

« Nous répondons à une mission sociale »

Si vous êtes un peu en galère financière, vous pouvez donc venir y déposer des bijoux, des tableaux, des meubles et même des bouteilles de vin en échange d’argent liquide. « Nous acceptons tous les objets qui ont une valeur à la revente », précise-t-il. Une fois l’objet déposé, un prêt est établi pour une durée de six mois, le client restant juridiquement propriétaire de son objet.

En revanche, si le prêt n’est pas remboursé à temps ou si le client ne souhaite pas récupérer son objet, ce dernier sera vendu aux enchères. « Mais cela n’arrive que dans 10 % des cas », précise Jean-François Pilet. Lors de la vente, si un bénéfice est constaté, il reste par ailleurs à la disposition du client pendant deux ans. « Nous ne sommes pas là pour faire de l’argent sur le dos des gens, nous répondons à une mission sociale », assure le directeur général.

Les objets expertisés par des commissaires-priseurs

Avec ce nouveau service, certains pourraient être tentés d’écouler des objets volés ou contrefaits. Mais le Crédit Municipal veille au grain. « Nous vérifions bien sûr l’identité des personnes et réclamons dans certains cas des factures pour s’assurer de l’origine des objets. Deux commissaires-priseurs sont aussi chargés de les expertiser », souligne Jean-François Pilet.

Depuis son ouverture à Rennes, le Crédit Municipal de Nantes a déjà signé plus de 250 contrats. « Cela démarre très fort. C’est la preuve que ce nouveau service était attendu ! »