Bretagne: Les Autolib’ retrouvent une seconde vie

AUTOMOBILE Un garage du Morbihan a acquis 500 voitures électriques mises au rebut après l’arrêt d’Autolib’ à Paris et les revend à des particuliers

Manuel Pavard

— 

Des centaines de curieux voulaient s'offrir une Autolib' d'occasion lors de la première vente flash organisée dans le Loir-et-Cher, en novembre.
Des centaines de curieux voulaient s'offrir une Autolib' d'occasion lors de la première vente flash organisée dans le Loir-et-Cher, en novembre. — GUILLAUME SOUVANT / AFP
  • Le service d'autopartage de voitures électriques Autolib' a pris fin le 31 juillet à Paris.
  • Un garage breton a racheté 500 ex-Autolib' qu'il retape et revend à ses clients un peu moins de 5.000 euros.
  • Une vente aura lieu vendredi et samedi à Lorient.

Que sont devenues les célèbres Autolib’ parisiennes ? Lancé en grande pompe en 2011, le service d’autopartage avait popularisé les petites voitures électriques dans la capitale. Mais la résiliation du contrat entre le syndicat gestionnaire et le groupe Bolloré, actée le 24 juin dernier, a sonné la fin du dispositif qui a cessé totalement de fonctionner le 31 juillet 2018.

Contraint de retirer des rues parisiennes ses 3.500 à 4.000 véhicules Bluecar, Bolloré a dû stocker la totalité de sa flotte dans une usine de recyclage de Romorantin (Loir-et-Cher). « Une petite partie a ensuite été redéployée vers d’autres villes où existent des systèmes d’autopartage similaires, comme Lyon ou Bordeaux », indique le groupe. La plupart des Bluecar restantes – soit la grosse majorité des ex-Autolib’ - étaient quant à elles destinées à la casse.

200 ventes en moins de trois semaines

Apprenant la nouvelle, certains ont immédiatement flairé la bonne occasion. En novembre dernier, un garage de Romorantin a ainsi racheté à Bolloré, puis reconditionné et mis en vente une centaine de véhicules Bluecar lors d’une vente flash où ceux-ci sont partis comme des petits pains.

De quoi donner des idées au concessionnaire breton Autopuzz, basé à Queven (Morbihan). Spécialiste des pièces de rechange et de la vente d’occasion, ce garage « fournissait une pièce pour la Bluecar depuis quelques années », indique son directeur Guillaume Ramirez. « Après l’arrêt du contrat avec Autolib’, on a entendu dire que les voitures allaient être détruites. Pourtant, la plupart n’avaient pas beaucoup de kilomètres et pas plus de six ou sept ans. On s’est dit qu’il y avait mieux à faire. »

Autopuzz décide alors d’en acquérir 500 : une première fournée de 200 véhicules, tous écoulés en moins de trois semaines, puis une seconde commande de 300 unités. Certaines voitures arrivent légèrement cabossées à Quéven, avec un ou deux impacts sur la carrosserie, mais le garage « leur donne une seconde jeunesse, explique Guillaume Ramirez. Révision, nettoyage, contrôle technique et même en option, un coup de peinture ou une extension de garantie. »

Une facture d'électricité mensuelle de 25 à 30 euros

Quels que soient le kilométrage (quelques dizaines de milliers en moyenne) et leur état initial, tous les véhicules sont revendus à un prix unique : 4.990 euros. Une somme qui peut en outre baisser très nettement, les ex-Autolib’ étant éligibles à la prime à la conversion pour l’achat d’une voiture électrique d’occasion. « Certaines personnes peuvent même bénéficier de la super-prime qui ramène le prix à 990 euros », s’exclame Guillaume Ramirez.

Pas de location de batterie à prévoir, « chaque voiture se branche sur une prise classique de 220V, pour une autonomie d’environ 250 km ». Quant à la facture d’électricité, elle revient à 25 à 30 euros par mois pour une utilisation quotidienne.

Parmi les acheteurs, on retrouve même quelques Parisiens nostalgiques d’Autolib’ comme Guillaume qui a passé commande par téléphone : « J’ai sauté le pas pour rouler propre mais aussi pour faire des économies. » Après une première journée portes ouvertes organisée début février, Autopuzz prévoit une nouvelle vente vendredi et samedi sur le parking du Carrefour de Lorient. Et son directeur l’annonce : « On va en vendre 100 en deux jours ! ».