Rennes: La mobilisation contre le projet de vaste centre commercial Open Sky se poursuit

POLÉMIQUE Un rassemblement des opposants aura lieu samedi après-midi devant l’hôtel de Rennes Métropole

Jérôme Gicquel

— 

Le projet de centre commercial est porté par la Compagnie de Phalsbourg.
Le projet de centre commercial est porté par la Compagnie de Phalsbourg. — Compagnie de Phalsbourg.
  • Un vaste centre commercial de 40.000 m2 doit normalement voir le jour dans les prochaines années à Pacé, à l’ouest de Rennes.
  • Les opposants au projet appellent à un rassemblement samedi devant l’hôtel de Rennes Métropole.
  • La semaine dernière, le président de la métropole s’est prononcé en faveur de l’abandon du projet.

C’est le sujet épineux qui agite depuis plusieurs semaines les élus de la métropole rennaise. A Pacé, à l’ouest de Rennes, un vaste centre commercial de 40.000 m2, baptisé Open Sky, doit normalement ouvrir ses portes à l’horizon 2022. La Compagnie de Phalsbourg, qui porte le projet, a en effet obtenu le feu vert du Conseil d’État début décembre après cinq années de recours devant la justice.

Dès l’annonce de la validation, les opposants au projet se sont mis en branle, par la voix notamment des élus écologistes qui ont lancé une pétition en ligne, signée par plus 6.500 personnes. Dénonçant « un projet anachronique », ils estiment que le projet va « mettre en danger le commerce de proximité » et détruire des terres agricoles, portant « une nouvelle atteinte à la ceinture verte de Rennes ».

Les élus pour l’abandon du projet

L’affaire a pris une nouvelle tournure la semaine dernière quand le président de Rennes Métropole, Emmanuel Couet, a lâché une petite bombe dans la presse. Selon lui, « il est sage et raisonnable de renoncer à ce projet » de centre commercial XXL (26.500 m² de surface commerciale et 1.400 places de parking) dont le concept « semble aujourd’hui dépassé au regard des exigences environnementales et des nouvelles politiques de déplacements dans la métropole ».

Interrogée par 20 Minutes, la maire de Rennes Nathalie Appéré a abondé en ce sens. « Je pense que les critiques qui ont pu être émises à l’encontre de ce projet me paraissent fondées et légitimes », a indiqué l'élue socialiste.

« Un immense gâchis » pour le maire de Pacé

Pour saluer cette petite victoire, les opposants ont prévu de se rassembler pacifiquement samedi devant l’hôtel de Rennes Métropole. « Cette prise de position des élus est très importante mais elle ne signifie pas l’abandon pur et simple du projet », tient à rappeler Christophe Leman, membre du collectif Alterniba Rennes.

D’un point de vue juridique, La Compagnie de Phalsbourg peut en effet se prévaloir d’avoir un permis de construire en bonne et due forme et d’avoir signé l’acte de vente du terrain. « Rien ne les empêche de commencer les travaux demain matin à l’aube », souligne Christophe Leman, qui appelle à poursuivre la mobilisation.

Contactée par 20 Minutes, La Compagnie de Phalsbourg, associé sur ce projet au groupe Blot Immobilier, n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat. « C’est un immense gâchis potentiel qui se prépare, sur le plan de l’économie, du commerce, de l’emploi et des finances, car l’éventualité d’un abandon de projet risque de coûter très cher à Rennes métropole », estime pour sa part Paul Kerdraon, le maire de Pacé.