Rennes: En un an, le couvent des Jacobins a déjà trouvé son public de congressistes

ECONOMIE L’équipement pourrait être à l’équilibre d’ici à 2020...

Jérôme Gicquel

— 

A la fin de l'année, le Couvent des jacobins aura accueilli 205 événements.
A la fin de l'année, le Couvent des jacobins aura accueilli 205 événements. — C. Allain / 20 Minutes
  • Pour sa première année d’exploitation, le centre des congrès de Rennes a connu une activité intense.
  • Sur l’année, le couvent des Jacobins a accueilli 205 événements et enregistré plus de 150.000 « journées congressistes ».
  • L’équipement, pour lequel la métropole a investi 107 millions d’euros, pourrait être à l’équilibre financier dès 2020.

Un an à peine après son ouverture, le couvent des Jacobins n’est pas encore une poule aux œufs d’or. Selon Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole, le nouveau centre des congrès n’a d’ailleurs « pas vocation à réaliser des bénéfices ». Ni à perdre trop d’argent, au risque de fâcher le contribuable. Sur ce point, force est de constater que le couvent des Jacobins s’en sort plutôt bien pour sa première année d’exploitation.

Avec des charges prévisionnelles de 4,79 millions d’euros en 2018 pour un chiffre d’affaires de 4,4 millions d’euros, le couvent devrait afficher un déficit de 390.000 euros à la fin de l’année, entièrement comblé par la métropole. Ce qui réjouit Emmanuel Couet. « On avait plutôt tablé sur un déficit de 900.000, voire un million d’euros à la fin de l’année », indique l’élu.

Des retombées estimées à 28,6 millions d’euros

Si les prévisions se confirment, le couvent pourrait même être à l’équilibre en 2020, deux ans seulement après son ouverture. « L’objectif était plutôt de tendre vers l’équilibre en 2025 », assure Jean-François Kerroc’h, directeur de Destination Rennes, la société publique locale chargée de l’exploitation des lieux.

Après un chantier pharaonique de plusieurs années et un investissement de 107 millions d’euros, le centre des congrès de Rennes, qui n’en avait pas jusqu’à présent, a su trouver son public. A la fin de l’année, 205 événements auront été accueillis, contre 150 prévus, avec un total de 151.265 « journées congressistes ».

A la clé, des retombées économiques considérables, estimées à 28,6 millions d’euros pour 2018. « Toute l’économie locale en a profité, notamment les hôteliers et les restaurateurs », estime Emmanuel Couet.

241 événements déjà prévus à l’agenda

Dans un marché du congrès très concurrentiel, l’effet nouveauté a donc joué à plein pour le couvent des Jacobins. Mais pour Jean-François Kerroc’h, l’attractivité des lieux n’est pas près de retomber. « Compte tenu de la dimension historique et patrimoniale des lieux, cet équipement va rester pendant longtemps une offre singulière à l’échelle nationale », assure-t-il.

Il en veut pour preuve les 241 événements déjà prévus à l’agenda entre 2019 et 2023. A l’avenir, il espère aussi que le couvent saura capter « des événements de plus grande dimension qui attirent à une clientèle à forte valeur ajoutée ».