Rennes: Le magasin Cora reporte sa décision d’ouvrir le dimanche

COMMERCE Face à la fronde des syndicats, des salariés et des élus, la direction fait machine arrière...

Jérôme Gicquel

— 

Des salariées du magasin Cora de Pacé manifestent contre l'ouverture de l'hypermarché le dimanche.
Des salariées du magasin Cora de Pacé manifestent contre l'ouverture de l'hypermarché le dimanche. — C. Allain / 20 Minutes
  • La direction du magasin Cora de Pacé, qui devait ouvrir ses portes dimanche, fait machine arrière.
  • Elle reporte son projet d’ouverture le dimanche matin «au plus tard le 31 mars 2019».
  • Une réunion entre les élus de la métropole et les acteurs de la grande distribution doit se tenir vendredi sur la question de l’ouverture dominicale.

«On a gagné une bataille mais pas encore la guerre». Délégué syndical CFTC au magasin Cora de Pacé, à l’ouest de Rennes, Cyril Lechevestrier a le sourire ce mercredi. Son magasin n’ouvrira pas dimanche comme cela était normalement prévu. Dans un courrier adressé au personnel, le directeur de l’hypermarché Sébastien Bessin a annoncé sa décision de « reporter le projet d’ouverture le dimanche matin au plus tard le 31 mars 2019 ».

Depuis près d’un mois, ce projet suscite la fronde des salariés, des syndicats et des élus, mobilisés pour défendre «le respect du repos dominical des salariés et la préservation du commerce de proximité».

La grande distribution profite d’un vide juridique

Cora n’est pas la seule enseigne à vouloir ouvrir le dimanche dans la métropole rennaise. Depuis le printemps, plusieurs acteurs de la grande distribution se sont engouffrés dans la brèche, profitant de l’annulation d’un arrêté préfectoral interdisant l’ouverture des supermarchés le dimanche dans le Pays de Rennes.

A Chartres-de-Bretagne, le magasin Carrefour Market a ainsi ouvert ses portes pour la troisième fois dimanche matin, ce qui a provoqué un nouveau rassemblement de protestation.

Une nouvelle réunion prévue vendredi

«Dans un souci d’apaisement, j’ai proposé qu’une nouvelle concertation s’engage rapidement avec les différents acteurs permettant de dégager une majorité indiscutable en faveur ou non de l’ouverture du dimanche matin», explique Sébastien Besson.

Une réunion devrait d’ailleurs se tenir vendredi sur le sujet entre les élus de la métropole et tous les acteurs de la grande distribution. «Il faut qu’on fasse reculer les grandes enseignes. Les salariés font déjà beaucoup de sacrifices. C’est hors de question qu’ils viennent en plus travailler le dimanche», indique Cyril Lechevestrier.