Rennes: Faut-il rendre le stationnement payant pour les vélos?

MOBILITES La métropole a fait marche arrière sur l’accès au parking sécurisé de la gare...

Camille Allain

— 

Le parking à vélos de la gare de Rennes.
Le parking à vélos de la gare de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Rennes Métropole avait rendu le stationnement des vélos payant dans le parking de la gare.
  • Après quinze jours, la gratuité a été rétablie en raison du mécontentement des usagers.
  • Faut-il faire payer le stationnement pour les cyclistes comme pour les automobilistes ? 20 Minutes a interrogé les usagers.
  • Une réflexion sera portée sur ces parkings payants entre la métropole et les associations.

Gratuit, puis payant, puis finalement gratuit. Mais jusqu’à quand ? Lundi soir, Rennes Métropole a fait marche arrière concernant le parking vélos de la gare. Ce mardi, l’accès à cet espace de stationnement sécurisé était de nouveau possible sans restriction. « Je reviens parce que c’est redevenu gratuit », résume Anna.

Elle qui travaille au sein même de la gare préfère largement poser son vélo électrique dans ce lieu sécurisé qu’en surface. Mais depuis le 1er octobre elle avait dû changer ses habitudes après l’instauration du stationnement payant. « Je ne le pose que quelques heures et puis je repars. Je ne vais pas prendre un abonnement pour ça ».

Les cyclistes étaient nombreux à partager ce point de vue. Au point de déserter le parking de la gare et de contraindre la métropole à rétablir la gratuité « le temps des travaux » menés en surface. Qu’en sera-t-il après ? La collectivité a fait savoir que les associations d’usagers seraient consultées pour évoquer « les enjeux du stationnement et de l’accessibilité vélo de la gare et de ses abords ».

Le vélo « parce que ce n’est pas cher »

Sachant que les automobilistes paient, parfois cher, pour garer leur voiture, faut-il en faire de même pour les cyclistes ? « On ne pense pas que ce soit une bonne idée car ça peut être un frein à la pratique. Beaucoup de gens prennent leur vélo parce que ce n’est pas cher. On aimerait conserver la gratuité, au moins pour les gens qui se garent à la journée », estime Matthieu Theurier, élu écologiste à la métropole. Une réflexion pourrait être engagée pour les usagers laissant leur deux-roues pour la nuit.

Si en surface, les arceaux se multiplient et sont très souvent utilisés, les offres de stationnement payant proposées à Rennes sont pour l’heure largement sous occupées. Cinq parkings souterrains en sont dotés, auxquels il faut ajouter sept abris situés près des grandes stations de métro ou de bus. Pour l’élu écologiste, ces parkings sécurisés « répondent à un besoin ». Où est le problème alors ? « Il y a un vrai problème de communication autour de cette offre. Et puis l’abonnement peut être un frein pour les utilisateurs occasionnels », regrette Sébastien Marrec, membre de Rayons d’Action.

Le vol, un des facteurs qui freine les usagers

Son association s’était également prononcée contre la fin de la gratuité du parking de la gare. « On a un besoin urgent de développer le vélo. Et tout doit être fait pour faciliter sa pratique. Le risque de vol, c’est un des facteurs qui freine les usagers », poursuit le bénévole. A Strasbourg, plusieurs offres payantes sont proposées aux cyclistes et fonctionnent bien. « Ils sont très en avance sur nous. Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir ».

En plus de 380 places offertes côté sud de la gare, la métropole prévoit également d’ouvrir 150 places côté nord. Le parking du boulevard Solférino devrait être opérationnel en fin d’année.