Rennes: Avec la micro-épargne, les plus modestes vont pouvoir mettre de côté

SOCIAL La ville et le Crédit Municipal de Nantes lancent un dispositif pour permettre aux petits revenus d’épargner...

Jérôme Gicquel
— 
Illustration d'une tirelire
Illustration d'une tirelire — FRANCK LODI/SIPA
  • Après Nantes, Rennes lance son dispositif de micro-épargne.
  • Cela doit permettre à des foyers à faibles revenus de mettre un peu d’argent de côté pour faire face aux imprévus.
  • 20 % des foyers rennais sont concernés par ce dispositif.

L’épargne n’est pas réservée qu’aux gros revenus. C’est en tout cas le pari de la ville de Rennes qui lance, en partenariat avec le Crédit Municipal de Nantes, un dispositif de micro-épargne pour les foyers les plus modestes. Déjà lancé dans la cité des Ducs en début d’année, ce nouvel outil doit permettre aux foyers les plus modestes de se constituer un petit pécule pour faire face à un imprévu ou s’offrir un petit plaisir.

Qu’est-ce que la micro-épargne ?

Pratique très courante dans les pays en développement, notamment en Afrique, la micro-épargne n’est pour l’heure pas très développée en France. Elle permet à des personnes en situation de fragilité financière d’épargner. « Ces personnes sont souvent exclues du système bancaire classique et n’ont pas de filet de sécurité quand il leur arrive un imprévu », indique Frédéric Bourcier, adjoint chargé de la solidarité et de la cohésion sociale.

L’épargne permettra ainsi de faire face à la panne d’un véhicule ou de financer un projet, comme le permis de conduire ou des vacances. Le dispositif doit également leur permettre de mieux gérer leur argent en leur apprenant à « être plus dans l’anticipation », précise Jean-François Pilet, directeur général du Crédit Municipal de Nantes.

Comment fonctionne ce dispositif ?

Si elles peuvent y prétendre, les personnes pourront ouvrir un livret d’épargne sans frais de dossier et dès un euro, contre souvent une dizaine d’euros dans les banques classiques. Elles pourront ensuite déposer des petites sommes sur ce livret et retirer l’argent à tout moment et sans frais.

Le livret sera plafonné à 3.000 euros avec un taux de rémunération à 1,25 %, « un taux supérieur à ce qui se fait sur le marché bancaire classique », estime Jean-François Pilet. La ville de Rennes apportera un petit coup de pouce financier en abondant la somme épargnée de 200 euros au maximum.

A qui s’adresse ce produit d’épargne ?

A Rennes et dans les autres villes où il a été lancé, le dispositif de micro-épargne est réservé aux personnes à faibles revenus, à raison d’un seul livret par foyer. Calqué sur le barème de la carte Sortir, il s’adresse aux personnes seules touchant un revenu inférieur ou égal à 1.200 euros. Pour un couple avec deux enfants, le plafond de ressources est fixé à 2.520 euros. « Cela concerne en tout 20 % des foyers rennais », précise Frédéric Bourcier. Les demandes de livrets seront gérées directement par le Centre communal d’action sociale de la ville, qui accompagnera l’épargnant tout au long de sa démarche.