VIDEO. Rennes: A l’abandon, cette petite maison va défier une tour de 100 mètres de haut

PATRIMOINE A Rennes, l’octroi de Châtillon sera conservé au milieu d’un imposant projet immobilier…

Camille Allain

— 

L'octroi de Châtillon, à Rennes, est une maison à l'abandon située au coeur du quartier EuroRennes. Elle sera conservée.
L'octroi de Châtillon, à Rennes, est une maison à l'abandon située au coeur du quartier EuroRennes. Elle sera conservée. — C. Allain / 20 Minutes
  • Une maison à l’abandon va être conservée dans le quartier EuroRennes. Elle sera bientôt surplombée par un tour de près de 100 mètres de haut et encerclée par plusieurs immeubles.
  • Le projet porté par le groupe Samsic prévoit la conservation de cette maison d’octroi. Elle servait de barrière de péage à l’entrée de la ville au XIXe siècle.
  • Protégé, le bâtiment va être conservé. On ignore pour l’heure ce qu’il va devenir.

Elle paraît bien minuscule sur les plans de l’imposant projet immobilier porté par le groupe Samsic. Mais la maison de l’octroi de Châtillon sera bien conservée, a confirmé la société de propreté à 20 Minutes. Située à deux pas de la gare de Rennes, elle verra prochainement une tour de 100 mètres de haut s’élever au-dessus de son toit, et quatre autres imposants bâtiments l’entourer. Mais elle restera debout.

Imaginée en 1862 par l’architecte de la ville Jean-Baptiste Martenot, cette maison à l’abandon depuis des années ne sait pas encore ce que l’avenir lui réserve. « Pour l’instant, on n’a pas trop d’idées. Mais on sait qu’elle sera conservée, on n’a pas le choix, elle est protégée », explique Thierry Geffroy, numéro 2 de Samsic qui pilote cet immense ensemble immobilier. « En plaisantant, on s’était dit que ça ferait un joli bistrot ».

Classée, la maison limite les constructions

Le groupe de propreté, qui emploie 90.000 personnes en Europe, va construire cinq bâtiments dans le quartier EuroRennes, dont deux accueilleront son siège social et ses bureaux. Les trois autres, comprenant une tour de 26 étages, seront revendus et accueilleront des logements, des bureaux et des commerces à horizon 2023.

Propriété de l’aménageur public Territoires, l’octroi n’est pas précisément dans le périmètre du projet de Samsic. Mais son classement de trois étoiles au Patrimoine d’intérêt local limite la hauteur des constructions qui seront érigées sur la même parcelle « à 36 mètres de hauteur par rapport au sol », précise Territoires. La tour de 26 étages sera donc construite de l’autre côté de la rue de l’Alma.

Une ancienne barrière de péage

A l’abandon depuis des années, cette maison d’octroi aujourd’hui située en plein cœur de Rennes marquait à l’époque de sa construction l’entrée de la ville. « C’est une belle architecture néo-classique. C’est un témoin de l’évolution de la ville », commente Gilles Brohan, animateur du patrimoine de Rennes Métropole. « L’octroi était une barrière de péage qui permettait de taxer l’entrée de matériaux comme la pierre ou l’ardoise mais aussi de certaines denrées alimentaires ».

On trouve d’autres octroi aux quatre coins du centre-ville, du mail Mitterrand à la rue de Paris en passant par la rue de Fougères. « Ils ont perdu leurs fonctions au début du XXe siècle », poursuit l’historien. Ils ont alors été vendus par l’administration à des privés, pour être transformés en maison d’habitation.