Illustration de voitures circulant sur une quatre voies. Ici la rocade de Rennes, en juillet 2017.
Illustration de voitures circulant sur une quatre voies. Ici la rocade de Rennes, en juillet 2017. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

POLLUTION

Rennes: Tout comprendre à la circulation différenciée et à la vignette Crit’Air

Le dispositif entre en vigueur ce lundi dans la métropole...

  • La circulation différenciée sera instaurée à Rennes à partir de ce lundi en cas d’épisode de pollution.
  • Le dispositif fonctionne grâce à une vignette Crit’Air qui classe les véhicules du plus au moins polluant.
  • Sans la vignette, les conducteurs ne pourront circuler dans la ville en cas de pollution.

Après Paris, Lille ou Strasbourg, c’est ce lundi que la métropole rennaise va adopter le principe de circulation différenciée lors des épisodes de pollution. En cas de pic, seuls les véhicules disposant d’une vignette Crit’Air pourront circuler dans Rennes. 20 Minutes vous aide à comprendre ce nouveau dispositif.

Qu’est ce que la circulation différenciée ? On connaissait le principe de circulation alternée, basé sur les plaques d’immatriculation paires ou impaires des véhicules. Avec la circulation alternée, ce sont les voitures les plus polluantes qui sont ciblées lors des épisodes de pollution. Ce système fonctionne grâce à la vignette Crit’Air qui permet de classer les véhicules du plus au moins polluant sur une échelle de 1 à 5.

Pas de bol en revanche pour les propriétaires de véhicules d’avant 1997 qui ne pourront prétendre au macaron et seront donc interdits de circulation lors de l’activation du dispositif.

Comment se procurer sa vignette ? Tous les propriétaires de véhicules, même les plus récents, sont invités à se procurer la vignette Crit’Air, vendue au prix de 3,62 euros sur le site www.certificat-air.gouv. Attention aux arnaques d’ailleurs car certains petits malins profitent du filon pour vendre sur Internet des vignettes à un prix plus élevé.

Depuis l’annonce de la mesure en février, environ 80.000 vignettes ont déjà été vendues. « Cela représente environ 12 % du parc automobile du département », indique Damien Dambre, chargé de mission qualité de l’air à la Dreal Bretagne. Un chiffre assez faible qui n’inquiète pas plus que ça les autorités. « La mesure concerne seulement Rennes Métropole et pas tout le département. Et beaucoup vont attendre le dernier moment ou alors les premiers pics de pollution pour l’acheter », assure-t-il.

Comment s’appliquera la mesure ? La mesure de circulation différenciée ne sera déclenchée qu’à partir du quatrième jour de l’épisode de pollution. Dès lors, tous les véhicules qui n’ont pas de vignette ou ne peuvent y prétendre seront interdits de circulation dans la capitale bretonne. « Cela représente environ 11 % des véhicules mais qui sont responsables de 20 % de la pollution », souligne Damien Dambre.

A partir du sixième jour de pollution, la mesure d’interdiction de circulation sera étendue aux véhicules classés entre 4 et 5 sur l’échelle Crit’Air. « La mesure concerna alors les 25 % de véhicules les plus polluants qui génèrent 40 % de la pollution », poursuit-il. Sur les cinq dernières années, la métropole enregistre en moyenne par an quatre à cinq épisodes de pollution d’au moins quatre jours et un épisode d’au moins six jours.

Quel sera le périmètre concerné ? La mesure ne concerne que le périmètre de l’intra-rocade et ne sera en vigueur que de 7h à 20h. En cas d’épisode de pollution, tous les véhicules, même les plus polluants, pourront donc continuer à circuler sur la rocade. Pour ceux qui ne pourront rouler en ville, certaines voies de l’intra-rocade resteront toutefois accessibles afin de leur permettre d’accéder aux parcs-relais de Kennedy, Villejean, Fréville et de La Poterie et ainsi d’emprunter les transports en commun.

Que risque-t-on sans la vignette ? La vignette n’est pas obligatoire, mais les conducteurs s’exposent à une amende s’ils ne l’ont pas en cas d’épisode de pollution ou s’ils ne sont pas autorisés à circuler. La douloureuse s’élèvera à 135 euros pour les poids lourds et à 68 euros pour les voitures. « Avant la sanction, il y aura une période de pédagogie », prévient Damien Dambre.