Rennes: La grande distribution fait pression pour ouvrir le dimanche

COMMERCE Carrefour Market et Cora ont déjà annoncé à leurs salariés qu’ils ouvriraient prochainement chaque dimanche...

Camille Allain

— 

Des salariés de grande distribution en grève, ici pour protester contre l'ouverture d'un supermarché Carrefour Market le dimanche matin près de Rennes.
Des salariés de grande distribution en grève, ici pour protester contre l'ouverture d'un supermarché Carrefour Market le dimanche matin près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • L’enseigne Cora va ouvrir son hypermarché le dimanche matin à partir du 21 octobre. Quatre Carrefour Market feront de même dès dimanche.
  • Les salariés des enseignes ont manifesté le week-end dernier et s’apprêtent à récidiver ce week-end.
  • Un arrêté préfectoral interdisait les ouvertures de grandes surfaces de plus de 700 m² dans le pays de Rennes.
  • Cet arrêté a été annulé par la justice en avril, ouvrant la porte à des ouvertures dominicales.

« Je suis divorcée et je travaille tous les samedis. Si je viens en plus bosser le dimanche, je les vois quand mes enfants ? ». Stéphanie travaille comme hôtesse de caisse au magasin Cora de Pacé depuis 18 ans. Le mois dernier, elle a appris que son hypermarché, situé à quelques kilomètres de Rennes, serait ouvert tous les dimanches à compter du 21 octobre. « On est tous dégoûtés », témoigne sa collègue Sylvie, qui affiche la même ancienneté.

En France, 40 des 59 magasins Cora sont déjà ouverts le dimanche matin. Jusqu’à aujourd’hui, celui de Pacé était épargné, cadenassé par un arrêté préfectoral passé entre les élus, les syndicats et la plupart des directeurs de supermarchés. Un accord annulé par la justice en avril pour vice de forme qui ne peut plus s’appliquer. Et ouvre donc la porte aux géants de la grande distribution, qui ne se privent pas pour s’y engouffrer.

Avant Cora, Intermarché s’est battu des années pour ouvrir le dimanche à Domloup et La Mézière. Et y est parvenu sans que cela ne fasse trop de bruit. Mais à Pacé, les 250 salariés veulent faire entendre leur mécontentement et débrayeront ce samedi. Une cinquantaine de salariés de Carrefour Market ont fait de même à Chartres-de-Bretagne vendredi, deux jours avant la première ouverture dominicale du magasin. « C’est basé sur le volontariat mais personne n’est volontaire. Ils ont recruté des étudiants pour nous remplacer », explique Laurence Adjutor.

« Se lever à 4h pour gagner 15 euros, moi je ne veux pas »

Depuis seize ans qu’elle travaille dans ce magasin, cette militante CGT a vu défiler les enseignes. Mais elle reste. « On a fait le calcul, ça nous fait 13 à 15 euros de plus par semaine. Se lever à 4h du mat’ le dimanche pour gagner 15 euros, moi je ne veux pas ». Sa collègue Karine hoche la tête. « Le dimanche matin, c’est pour rester sous la couette, aller faire du sport, rester en famille, aller à la messe ». Elle rigole, puis enchaîne. « Ce n’est pas fait pour faire ses courses ». Les Carrefour Market de Bourg-Lévêque et Villejean, à Rennes, et celui de Gévezé vont également ouvrir.

Sur le parking du magasin de Chartres, les clients sont nombreux à signer la pétition tendue par les salariés grévistes. « On n’a pas besoin d’avoir des magasins ouverts le dimanche. Moi je ne viendrai pas », lance Emmanuel en rangeant ses courses dans le coffre de son monospace. Lui habite à Pont-Péan, à quelques kilomètres de là. Dans le bourg, une supérette est ouverte le dimanche matin. « Pour de l’appoint c’est bien », reconnaît-il.

Illustration d'un panneau annonçant l'ouverture d'un supermarché le dimanche matin. Ici le Carrefour Market de Chartres-de-Bretagne.
Illustration d'un panneau annonçant l'ouverture d'un supermarché le dimanche matin. Ici le Carrefour Market de Chartres-de-Bretagne. - C. Allain / 20 Minutes

Vendredi matin, les élus du Pays de Rennes ont de nouveau réuni les syndicats et responsables de tous les supermarchés et hypermarchés du coin. On ignore pour l’heure si les discussions ont débouché sur un accord. La veille, le conseil de Rennes Métropole s'était prononcé contre ces ouvertures.