Rennes: L’arrivée de la 4G va-t-elle perturber la tranquillité du métro?

TELEPHONIE Les voyageurs pourront librement téléphoner à compter de lundi sur la ligne A...

Camille Allain

— 

La ligne A du métro de Rennes bénéficiera d'un réseau 4G à compter du 1er octobre.
La ligne A du métro de Rennes bénéficiera d'un réseau 4G à compter du 1er octobre. — C. Allain / 20 Minutes / PicMonkey
  • La 4G sera disponible à partir du lundi 1er octobre dans le métro de Rennes.
  • Une centaine d’antennes ont été installées pour offrir une couverture réseau intégrale sur la ligne et dans les stations.
  • Les voyageurs pourront utiliser leur smartphone, y compris pour téléphoner. Cela va-t-il perturber le calme du métro rennais ?
  • La métropole promet que non et a prévu une signalétique invitant à une utilisation raisonnée.

Quand on a annoncé à un groupe d’ados qui sortaient du collège que la 4G serait disponible lundi dans le métro rennais, on ne s’attendait pas à une telle hystérie. « Oh my god, c’est ouf ». Quelques secondes de surexcitation plus tard, on discute. « Tu vois dans le métro, je snappe, je joue, mais j’ai pas de réseau, c’est relou », lance Sarah. Ses copines acquiescent. A partir de lundi, la jeune troupe pourra librement utiliser son portable dans le métro. Téléphoner aussi. Faut-il s’en inquiéter ? 20 Minutes ouvre l’enquête.

Depuis sa mise en service en 2002, l’actuelle unique ligne de métro de Rennes était un bunker dès que la rame s’enfonçait sous terre. Le portable ne passait pas, à part à de rares endroits. Ni Internet, ni conversation téléphonique qu’on n’a pas envie d’entendre. Un endroit calme en somme.

Une signalétique pour « une utilisation raisonnée »

Le métro va-t-il devenir une cabine téléphonique géante dans quelques jours. « Non », promet la métropole. « Les usages du téléphone ont changé. Regardez les usagers du métro, ils ont déjà presque tous leur smartphone à la main, sans que ça ne pose problème », analyse Jean-Jacques Bernard, vice-président chargé des transports.

Pour modérer les usages, la métropole va installer une signalétique similaire à celle appliquée dans les TGV invitant à une utilisation raisonnée du téléphone. « C’est ce qui se passe dans les bus et en général, c’est respecté. La modération se fait naturellement », poursuit l’élu.

« Ce n’est pas la majorité »

A Toulouse et Lille, les deux premières villes françaises à avoir été équipées, l’arrivée de la 4G n’a pas révolutionné les voyages en métro. « Certains téléphonent, parfois en parlant fort, mais ce n’est pas la majorité. Par contre les gens ont tous le nez sur leur smartphone », nous explique Béatrice, notre collègue toulousaine. Même constat à Lille, où « ce n’est pas le bordel », selon Laure.

Interrogés, les opérateurs téléphoniques confirment. « La demande en data a été multipliée par 18 en cinq ans et a encore doublé sur les douze derniers mois. Ce qu’attendent les gens, c’est de lire les news, de regarder des vidéos, d’aller sur les réseaux sociaux », explique Pierre Jacobs, directeur régional d’Orange. Rendez-vous lundi pour vérifier.