VIDEO. Rennes: Quand les pompiers partent en mission à vélo

INITIATIVE La tournée de vérification des poteaux incendie était jusqu’ici effectuée en voiture...

Camille Allain

— 

Un pompier de Rennes effectue une mission de vérification de poteau incendie avec un vélo électrique.
Un pompier de Rennes effectue une mission de vérification de poteau incendie avec un vélo électrique. — C. Allain / 20 Minutes
  • Des pompiers de Rennes ont adopté le vélo électrique pour certaines missions.
  • Ils effectuent ainsi leur « tournée des poteaux », qui consiste à vérifier le bon état des bornes incendie.
  • Avec leur vélo à assistance électrique, les pompiers sont plus rapides et peuvent contrôler davantage de poteaux. Ils ont aussi gagné en confort.

Les pompiers ne se déplacent pas à pied, encore moins à vélo. Que ce soit pour un incendie ou un secours à personne, les soldats du feu ont l’obligation légale de prendre leur véhicule, et on le comprend. Mais qu’en est-il des missions non urgentes ? A Rennes, des pompiers de la caserne Beauregard effectuent depuis quelques semaines la tournée des poteaux incendie sur un vélo à assistance électrique. Et ils sont ravis.

« On ne faisait que monter et descendre de la voiture. Ce n’était pas pratique. On devait souvent se garer sur la voie, ce n’était pas sécurisé ». Olivier fut l’un des premiers pompiers à adopter le nouveau vélo électrique acheté par sa caserne juste avant l’été. Et il a entraîné avec lui tous ses collègues. « Personne ne regrette la voiture. »

Plus rapide, plus sécurisant

Dans chaque caserne, les pompiers doivent régulièrement sillonner leur secteur pour vérifier le bon état et l’accessibilité des poteaux rouges distribuant de l’eau situés sur la voie publique. Partout en France, cette vérification est faite en voiture, avec d’incessants arrêts. « Nous avons découvert que nous étions plus rapides à vélo. Nous pouvons vérifier jusqu’à 60 poteaux, contre 30 en 40 en voiture », assure le commandant Frédéric Katuszynski.

Le chef de centre n’a pas souhaité imposer le vélo électrique à ses troupes, mais en quelques semaines, tout le monde s’y est mis. « Nous avons une bonne perception du public et une meilleure ergonomie pour les agents. Ce sont des effets inattendus. »

Pas plus de 15 kilomètres

Avec leur vélo rouge, les pompiers de Beauregard ne vont pas changer la face du monde, et en sont bien conscients. Mais en plus de prendre l’air et de limiter leur empreinte carbone, ils trouvent dans le vélo plus de confort. Grâce à l’assistance électrique, ils peuvent rapidement répondre aux urgences et regagner la caserne, distante de 15 kilomètres au plus.