Rennes: Moins de voitures, plus de nature. Quel avenir pour le centre-ville?

DEBAT La municipalité lance une grande concertation pour imaginer le futur centre-ville…

Camille Allain

— 

La place du Champ-Jacquet et ses immeubles à pans de bois sont une des images de Rennes connues des touristes.
La place du Champ-Jacquet et ses immeubles à pans de bois sont une des images de Rennes connues des touristes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Une grande concertation pour imaginer le futur centre-ville de Rennes est organisée par la municipalité…
  • La ville souhaite sonder les habitants et connaître leurs attentes pour les aménagements à venir.
  • La nouvelle gare, la deuxième ligne de métro, les nouvelles places à Sainte-Anne et Saint-Germain vont changer le visage du centre.
  • La place du Champ-Jacquet ou le parking Vilaine seront notamment évoqués.

Ils sont l’une des cartes postales de Rennes les plus connues. Les jolis immeubles à pans de bois de la place du Champ-Jacquet sont pourtant loin d’être un lieu emblématique de la ville, plombé, sans doute, par les 600 bus qui passent chaque jour sous leurs pieds. « Avouez que quand on s’y balade, c’est un peu décevant. On n’ose pas trop lâcher la main de ses enfants », glisse la maire Nathalie Appéré.

Comment faire pour rendre cette place plus attractive et la délester un peu des transports en commun, pourtant essentiels à la vitalité du centre-ville ? La question sera sur la table à compter de lundi et le lancement d’une grande opération de concertation des habitants autour du « cœur de Rennes ».

« Nous aurons bientôt une nouvelle gare, une deuxième ligne de métro, de nouvelles places à Sainte-Anne et Saint-Germain. Il nous faut anticiper ces métamorphoses et réfléchir », poursuit l’adjoint à l’urbanisme Sébastien Sémeril, insistant sur « le potentiel » du centre-ville rennais.

« Nos aménagements datent des années 70 ou 80 »

Outre la place du Champ-Jacquet, les habitants seront invités à partager leurs attentes pour l’ensemble du cœur de ville. « J’entends les critiques sur la minéralité. Beaucoup de nos aménagements datent des années 70 ou 80. Ils ne conviennent plus forcément aujourd’hui », poursuit la maire.

L’avenir du parking Vilaine, souvent évoqué, pourrait ainsi être tranché lors de cette concertation. « Je ne sais pas ce qu’il faut faire avec ce parking », reconnaît la maire, qui souhaite s’inspirer du succès du mail Mitterrand pour ses futurs aménagements.

Une opération à 350.000 euros

Comment se déplacer ? Comment consommer ? Quelle place pour la nature et l’eau ? Toutes ces questions pourront être abordées d’ici la fin de l’année à travers de multiples rendez-vous. La restitution de cette concertation, dont le coût est évalué à 350.000 euros, devrait avoir lieu début 2019. « Il faudra prioriser. Tout ne va pas entrer en chantier immédiatement », précise Nathalie Appéré.