Rennes: Chez Ruddy le collectionneur, c’est Georges Brassens d’abord

MUSIQUE Le festival Ballade avec Brassens va réunir de nombreux fans du poète sétois ce week-end dans la capitale bretonne...

Jérôme Gicquel

— 

Ruddy a attrapé le virus avec son père, lui-même collectionneur de Brassens.
Ruddy a attrapé le virus avec son père, lui-même collectionneur de Brassens. — Ruddy Delaforge
  • Les fans de l’ami Georges ont rendez-vous à Rennes ce week-end pour le festival Ballade avec Brassens.
  • Parmi eux, Ruddy, qui collectionne tout du chanteur-compositeur depuis près de 20 ans.
  • Il possède même une moulure des dents de Georges Brassens.

La mauvaise réputation, Le gorille, Les amoureux des bancs publics ou bien encore Pauvre Martin. Ce week-end à Rennes, c’est tout le répertoire de Georges Brassens qui va être repris en chœur à l’occasion du festival Ballade avec Brassens, qui réunit tous les deux ans depuis 2004 les fans de l’ami Georges dans la capitale bretonne.

Parmi eux, Ruddy Delaforge, habitant d’Essé au sud de Rennes, qui possède l’une des plus importantes collections d’objets consacrés à Brassens. « Il y en a plusieurs milliers mais je ne me suis jamais amusé à les compter », sourit-il. Dans sa maison, véritable musée consacré au chanteur et compositeur, trône près de 700 vinyles, dont certains très rares ou pressés à l’étranger.

On ne compte pas non plus le nombre d’affiches ou de photos de Brassens accrochées sur les murs de sa maison. « Je viens d’ailleurs de recevoir deux photos originales ce matin dans ma boîte aux lettres », indique ce trentenaire, originaire de Liévin. Collectionneur invétéré, il possède même quelques objets assez improbables comme une moulure ainsi qu’une radio des dents de Georges Brassens…

Une famille de collectionneurs

Pour assouvir sa passion, Ruddy écume les vide-greniers et les brocantes de la région. « Il y a moins de concurrence qu’avec Johnny ou Gainsbourg, donc j’arrive souvent à trouver des choses ». Plusieurs fois par jour, il consulte également les sites de vente en ligne pour ne pas louper une bonne affaire. « Je sais que c’est maladif. Mais c’est le principe d’une collection, cela ne s’arrêtera jamais », assure cet artisan peintre.

Ruddy a d’ailleurs de qui tenir car c’est de son père qu’il a hérité de cette passion débordante pour Brassens. « J’ai attrapé le virus avec lui en allant chiner dans les marchés aux puces ». Quant à sa femme, elle ne semble pas plus gêner que cela par cette passion un brin envahissante dans la maison. « Elle collectionne elle aussi les personnages de comics. Dans ma famille, il n’y a d’ailleurs que des collectionneurs. Ma mère les dés à coudre, mon frère Brel, une sœur Coluche et une autre Led Zeppelin ! »