Rennes: «Je ne sais pas ce qu’il faut faire avec le parking Vilaine», admet Nathalie Appéré

AMENAGEMENT La suppression du parking est réclamée par certains, redoutée par d’autres...

Camille Allain

— 

La maire de Rennes Nathalie Appéré, ici le 6 septembre 2018 devant le parking Vilaine, à République.
La maire de Rennes Nathalie Appéré, ici le 6 septembre 2018 devant le parking Vilaine, à République. — C. Allain / 20 Minutes
  • La suppression du parking Vilaine est à l’étude depuis des années mais la question de son avenir n’a jamais été tranchée.
  • La ville de Rennes engage une grande concertation autour des usages à venir du centre-ville. Les habitants sont invités à s’exprimer.
  • La maire socialiste de la ville Nathalie Appéré a déclaré : « Je ne sais pas ce qu’il faut faire avec le parking Vilaine ».

C’est sans doute l’un des aménagements les plus commentés à Rennes. Et depuis des années, la question de son avenir est restée sans réponse. « Faut-il supprimer le parking Vilaine ? ». Les écologistes répondent oui, au nom de la reconquête de la place de l’eau dans la ville, de la végétalisation et de la chasse faite à l’automobile. L’opposition de droite jure que non et que la disparition de cette aire de stationnement pénalisera le commerce et les habitants.

« Pas de décision dans la précipitation »

A quelques jours du lancement d’une grande opération de concertation sur l’avenir du centre-ville, la maire de Rennes s’est exprimée au sujet de cet épineux dossier. « Je ne sais pas ce qu’il faut faire avec le parking Vilaine », a reconnu Nathalie Appéré ce jeudi face à la presse. En disant cela, la socialiste prend le risque d’être moquée mais assume. « Beaucoup de nos aménagements datent des années 1970 ou 1980. Ils ne conviennent plus forcément aujourd’hui. Nous devons penser les choses autrement, mais je ne veux pas prendre de décision dans la précipitation. »

Pour sonder la population, la municipalité prévoit de changer les usages du parking, le temps d’un week-end prévu fin septembre. Pendant un jour et demi, la circulation des bus et des voitures sera déviée et la moitié du parking fermée pour une séance de cinéma en plein air et des activités sportives. « C’est un axe majeur autour duquel la ville s’est construite, mais on a oublié la rivière », poursuit Alexis Mariani.

L’exemple du mail Mitterrand

Souvent sollicité au sujet de ce parking, le directeur de l’aménagement et de l’urbanisme de la ville l’assure. « Rien n’est décidé ». Ce sera aux habitants de proposer, de débattre, d’échanger, de critiquer. « Peut-on imaginer faire comme sur le mail Mitterrand ? Avant, c’était aussi un parking », lance Alexis Mariani.

En quelques années, cet axe de circulation sans vie ou presque est devenu l’un des lieux « hype » de Rennes. Libéré de ses voitures, il est désormais courtisé pour ses terrasses, son marché et ses terrains de sport. Le débat s’annonce passionnant.