Accident mortel en Bretagne: «La SNCF prend pour tout le monde» clame un avocat après la condamnation

JUSTICE La société ferroviaire a été condamnée pour homicide involontaire après la mort de trois personnes en 2011...

Camille Allain

— 

La collision entre un TER et un poids lourd avait fait trois morts en octobre 2011 à Saint-Médard-sur-Ille, au nord de Rennes.
La collision entre un TER et un poids lourd avait fait trois morts en octobre 2011 à Saint-Médard-sur-Ille, au nord de Rennes. — Thomas Brégardis / AFP
  • Le tribunal correctionnel de Rennes a condamné la SNCF à 600.000 euros d’amende ce lundi, sept ans après le drame ferroviaire qui avait coûté la vie à trois personnes.
  • Reconnu coupable, le chauffeur du poids lourd a été condamné à trois de prison avec sursis.
  • L’avocat de la SNCF a l’impression que son client « prend pour tout le monde ».
  • Les victimes et leurs familles se disent satisfaites de la décision du tribunal.

Lundi, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné SNCF Mobilité et SNCF Réseau à une amende conséquente de 300 000 euros pour chacune des sociétés, sept ans après l’accident de train qui avait coûté la vie à trois personnes en octobre 2011 à Saint-Médard-sur-Ille.

Ce jour-là, un poids lourd s’était retrouvé bloqué au milieu des voies au passage à niveau numéro 11. Jugé coupable, le conducteur a été condamné à trois ans de prison avec sursis ce lundi. C’était attendu. La condamnation de la SNCF l’était moins, celle-ci n’ayant pas été requise par la procureure adjointe lors du procès en avril. « J’ai l’impression que la SNCF prend pour tout le monde », a réagi Thierry Dalmasso, avocat de SNCF Réseau.

Ce dernier va consulter son client mais se dit prêt à faire appel. « Dans cette affaire, on nous impute toute la responsabilité. Mais seuls, nous ne pouvions pas prendre la décision de réaliser des aménagements ». L’avocat pointe notamment du doigt le rôle du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine avec qui la SNCF était en discussion pour améliorer la sécurité du passage à niveau.

« Des manquements graves »

Le tribunal a de son côté motivé sa décision en évoquant les « manquements graves » des deux entités ferroviaires dont « la mission est d’assurer la sécurité ». « Elles n’ont rien entrepris en dépit de la dangerosité avérée du passage à niveau », a insisté la présidente du tribunal, qui a également rappelé le contexte « d’après Allinges ». En 2008, sept collégiens étaient décédés dans une collision entre un bus scolaire et un TER. RFF (ex SNCF Réseau) et la SNCF avaient été condamnés à 200.000 et 400.000 euros d’amende.

Devant la salle d’audience du tribunal correctionnel de Rennes, les victimes et leurs familles ont fait part de leur soulagement. « Je voulais qu’ils soient condamnés pour qu’ils changent leurs méthodes de travail. Ils n’ont pas fait le boulot », a déclaré Marie-Louise Beaupère, l’une des rescapées de l’accident. « Les témoignages ont été entendus, même les détails ont été retenus. C’est extraordinaire de voir tout le travail accompli​ », a commenté Krista Decroix, secrétaire de l’association Solidarité Saint-Médard PN11 et compagne d’une victime.

Une nouvelle audience se tiendra le 20 novembre à Rennes pour statuer sur les intérêts civils réclamés par les victimes.