VIDEO. Simone Veil au Panthéon: «Quand j’ai appris son décès, j’étais paralysé», Pascal Bresson raconte sa vie et son œuvre en BD

HOMMAGE Une BD sur la vie de l’ancienne ministre est sortie mercredi. Simone Veil entrera au Panthéon dimanche…

Camille Allain

— 

L'ancienne ministre et présidente du Parlement européen, Simone Veil, ici photographiée en 2011.
L'ancienne ministre et présidente du Parlement européen, Simone Veil, ici photographiée en 2011. — BORIS HORVAT / AFP
  • L’ancienne ministre de la Santé Simone Veil entrera au Panthéon dimanche avec son mari Antoine Veil.
  • L’auteur de BD Pascal Bresson lui consacre un roman graphique intitulé Simone Veil, l’immortelle, sorti mercredi.
  • L’auteur y aborde le combat de Simone Veil pour autoriser l’avortement ou son enfance et son calvaire dans les camps de concentration.
  • Avec sa BD, Pascal Bresson aimerait faire connaître l’œuvre de cette grande dame aux plus jeunes.

Cela faisait trois ans qu’il mûrissait son idée. Mercredi, elle a enfin vu le jour. Intitulée Simone Veil, l’immortelle, la BD de Pascal Bresson raconte en dessins la vie de l’ancienne ministre, qui entrera au Panthéon dimanche. Il y a un an, l’auteur a vu l’héroïne de son ouvrage s’éteindre. « J’ai pu la rencontrer deux fois. Elle était malade, fatiguée, mais je ne pensais pas qu’elle partirait si tôt. Elle paraissait immortelle », raconte l’auteur breton, en référence au titre de son livre.

Pascal Bresson espérait remettre son ouvrage « en mains propres » à Simone Veil. Il n’aura pas eu le temps de le faire. « Quand j’ai appris son décès, j’étais en train de la dessiner. J’étais comme paralysé. Je n’ai rien pu écrire ni dessiner pendant des semaines ».

Orphelin de son héroïne, l’auteur a poursuivi son travail documentaire pour boucler les 176 pages de sa bande dessinée. « J’ai juste dû changer la fin ». Il y raconte le combat de Simone Veil pour légaliser l’IVG, mais aussi l’horreur des camps de concentration. « C’était une femme forte. Elle n’a jamais pleuré, pas même quand sa mère est morte dans ses bras dans le camp. »

« J’étais convaincu qu’elle y avait sa place »

Grand amateur d’histoire, Pascal Bresson a toujours été fasciné par les grands personnages. C’est lors d’une visite au Panthéon pour voir ses héros Victor Hugo, Alexandre Dumas ou Jean Jaurès que lui est venue l’idée de travailler sur Simone Veil. « J’étais convaincu qu’elle y avait sa place ». L’avenir lui donnera raison. Pendant plusieurs années, il va régulièrement rencontrer Jean Veil, le fils de l’ancienne ministre de la Santé, qui va lui donner l’autorisation d’écrire ce biopic illustré. « La seule condition, c’était que je ne parle pas de sa vie privée. »

Après la mort de l’ancienne présidente du Parlement européen, Pascal Bresson s’est cependant senti dépossédé de son sujet, devant l’avalanche d’articles de presse. « J’ai vu Simone Veil sous toutes les coutures. A l’assemblée, en maillot de bain ou en famille. Ça m’a fait mal. » Dimanche, il regardera avec attention l’entrée de son héroïne au Panthéon. Simone Veil deviendra la cinquième femme à y reposer, accompagnée de son mari Antoine Veil.