Rennes: Le parc du Thabor troque ses graines dans le monde entier

ENVIRONNEMENT Les jardiniers échangent leurs variétés avec d’autres parcs botaniques

Camille Allain

— 

Le jardin botanique du parc du Thabor, à Rennes, abrite 3.200 espèces végétales.
Le jardin botanique du parc du Thabor, à Rennes, abrite 3.200 espèces végétales. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le parc du Thabor fête ses 150 ans ce week-end. La grainothèque ouvrira exceptionnellement ses portes à cette occasion.
  • Ce lieu abrite 2.000 graines prélevées dans le jardin botanique, qui sont échangées avec des parcs du monde entier.
  • Depuis le début de l’année, le parc du Thabor a expédié 1.436 échantillons et en a reçus 506.

C’est un petit bâtiment sans prétention, planqué dans un angle du plus beau parc de Rennes. A l’intérieur, les botanistes cachent pourtant leur plus précieux trésor. Rangées dans de petits sachets en papier, plus de 3.000 graines sont ici stockées, prêtes à être expédiées aux quatre coins du monde.

Cette grainothèque, qui ouvrira exceptionnellement ses portes au public ce week-end, fait la fierté des jardiniers botanistes du parc du Thabor. « Ces échanges de graines existent depuis toujours entre les jardins botaniques. Ils nous permettent de combler nos pertes », explique Hervé Tiger, l’un des trois botanistes du parc.

La grainothèque du jardin botanique du parc du Thabor à Rennes.
La grainothèque du jardin botanique du parc du Thabor à Rennes. - C. Allain / 20 Minutes

A Rennes, 2.000 espèces sont soigneusement répertoriées. Mais seules 1.300 sont inscrites au catalogue et échangées. « On ne peut pas tout donner car certaines espèces ne donnent pas assez de graines », poursuit le jardinier.

La graine la plus demandée ? Le chanvre

Entièrement gratuit, ce système d’échange entre parcs botaniques s’effectue dans le monde entier. Les dernières graines arrivées à Rennes proviennent de Finlande, d’Allemagne, de Suisse, parfois même du Japon ou de Corée du Sud. « Nous travaillons surtout avec les jardins d’Angers, de Tours et de Nantes mais nous avons 158 correspondants au total ».

Depuis le début de l’année, le parc du Thabor a expédié 1.436 échantillons et en a reçu 506. « Il y a quelques années, les graines qu’on nous demandait le plus souvent, c’étaient celles du chanvre. Mais on ne le cultive plus ici », glisse la botaniste en chef, sourire en coin.

Ce système mondial d’échange permet au parc rennais de conserver une exceptionnelle diversité d’espèces végétales. Longtemps installé devant l’orangerie où il servait aux étudiants en horticulture, le parc botanique a été déplacé en 1868, date de réaménagement du Thabor. Il abrite aujourd’hui 3.200 espèces différentes.