Rennes: Méconnues des Rennais, les halles centrales s'inventent une nouvelle identité

COMMERCE Ce marché quotidien souhaite s'animer pour attirer de nouveaux clients...

Camille Allain

— 

Les halles centrales de Rennes changent de nom et deviennent La Criée. 28 commerçants y travaillent au quotidien.
Les halles centrales de Rennes changent de nom et deviennent La Criée. 28 commerçants y travaillent au quotidien. — C. Allain / 20 Minutes
  • Les halles centrales de Rennes changent de nom et deviennent La Criée. Les habitants confondaient avec les halles du marché des Lices.
  • Des événements mensuels comme Le Marché à manger ou des afterwork y seront organisés. Des tables et chaises permettront aux clients de manger sur place.
  • Les 28 commerçants espèrent ainsi gagner en notoriété et attirer une nouvelle clientèle.

Elles souffrent clairement d’un déficit de notoriété. Implantées en plein cœur de Rennes, les halles centrales conçues par l’architecte Emmanuel Leray se créent une nouvelle identité afin d’attirer de nouveaux clients. Après avoir élargi leurs horaires il y a un an, les 28 commerçants ont voté en faveur d’un changement de nom. Exit les halles centrales, faites place à La Criée. « Il y avait régulièrement une confusion avec les halles Martenot du marché des Lices. Il fallait se différencier », justifie l’adjoint au commerce Marc Hervé.

Lassés de voir leurs enseignes vivoter, les commerçants n’ont cessé d’interpeller la municipalité ces dernières années pour tenter de redonner de la vie aux halles. « Le déclencheur, ça a été le premier Marché à manger. On a vu le monde que ça attirait. Pas toujours pour acheter, mais ça a fait connaître le lieu », estime le primeur Christophe Mauger. Né en juillet 2016, ce food market se tenait une fois tous les trois mois dans la cour des halles, attirant à chaque fois des milliers de gourmands.

Un Marché à manger tous les mois

Le succès aidant, ses organisateurs ont décidé de pérenniser le rendez-vous qui se tiendra désormais le premier dimanche de chaque mois (sauf en janvier et en août). « Ce sera plus clair pour les gens », estime Olivier Marie.

Le journaliste culinaire à l’origine du Marché à manger lancera également un rendez-vous « afterwork » dans les halles le troisième vendredi de chaque mois. « On sera plus dans le snack. On laissera des planchas en libre accès et les gens pourront acheter des petites assiettes chez les commerçants. On veut créer de l’échange », poursuit Olivier Marie.

A l’image des dimanches ou des vendredis soirs, les commerçants ont également revu leurs horaires d’ouverture le midi pour attirer une clientèle plus jeune. Dans moins d’une semaine, des tables, des chaises et des mange-debout seront installées au milieu des allées. « La Criée doit devenir un lieu où l’on s’arrête, où l’on consomme, pas juste un lieu de passage », estime l’élu Marc Hervé.

L’avenir du parking en réflexion

« Les halles s’étaient un peu endormies et on souffrait d’un manque de clientèle, sans doute parce qu’on n’a pas su s’adapter », reconnaît Michel Siroit, président de l’association des commerçants. Ces derniers réfléchissent même à l’avenir du parking qui ampute les halles d’une formidable place centrale. Impensable il y a quelques années.