Rennes-Metz: Le Stade Rennais rassure ses détracteurs en ratant l’immanquable

FOOTBALL Les Bretons ont perdu 1-2 au Roazhon Park face à la lanterne rouge de Ligue 1...

C.A.
— 
Buteur en première mi-temps, Benjamin Bourigeaud a oublié de jouer en seconde période, comme tous ses coéquipiers du Stade Rennais, battu par Metz.
Buteur en première mi-temps, Benjamin Bourigeaud a oublié de jouer en seconde période, comme tous ses coéquipiers du Stade Rennais, battu par Metz. — J. F. Monier / AFP
  • Les Rennais ont perdu à domicile face à Metz samedi soir.
  • Une habitude récurrente des Bretons qui « aiment » relancer les équipes en difficulté.
  • La fin de saison s’annonce crispante même si le Stade Rennais a conservé sa 5e place.

Les détracteurs du Stade Rennais sont rassurés. Samedi, l’équipe bretonne a renoué avec sa réputation d’équipe imprévisible en perdant à domicile contre Metz, dernier de Ligue 1.

Comme souvent, les Rennais ont été incapables de gagner un match où ils étaient archi-favoris. Comme souvent, leur bourreau était un club en difficulté, atomisé six jours plus tôt par Lyon et qui n’avait gagné que cinq matches de championnat. « Ça peut arriver, mais ça arrive au mauvais moment. Ça fait un moment que je vous dis que la marge est infime et que cet équilibre est fragile », commentait Sabri Lamouchi à l’issue du match.

Toute la semaine, les Rennais avaient pourtant travaillé pour la réception de la lanterne rouge avec une consigne : ne pas penser avoir match gagné avant de le jouer. « Si nous pensons que les trois points sont déjà dans la poche et que le match sera facile, nous avons déjà perdu », avait prévenu Sabri Lamouchi.

Et ce qui devait arriver arriva. Puni par un doublé de Nolan Roux en début de deuxième mi-temps, les Rennais ont semblé paniqués, incapables de se montrer dangereux en seconde période. « Il fallait faire le break en première mi-temps », estime Sanjin Prcic.

« De la suffisance, probablement »

Pour son entraîneur l’équipe a mis « peu de rythme, peu d’intensité, peu de détermination, peu de conviction et de la suffisance, probablement ». Sabri Lamouchi s’est sans doute consolé en voyant Montpellier perdre face à Bordeaux dimanche, quand Nice et Nantes ne prenaient qu’un point.

La défaite a réveillé les doutes des supporters les plus confiants. L’an passé à la même époque, le Stade Rennais avait vécu pareille mésaventure en relançant Nancy, pourtant dans le dur. Il y a deux ans, c’était à Nice que Rennes avait commencé à sombrer. Alors 4e de Ligue 1, les Bretons avaient n’avaient pris qu’un point en six rencontres. Une malédiction de fin de saison dont Sabri Lamouchi « ne se soucie pas » et qui pourrait être rapidement écartée en cas de victoire à la Beaujoire vendredi.

« Un derby ça se gagne », martelaient les supporters dès la fin du match face à Metz.