Rennes: Les étudiants de Rennes 2 votent le blocage de l'université jusqu'à lundi

EDUCATION L'assemblée générale a duré près de cinq heures mardi à Villejean...

Camille Allain

— 

L'assemblée générale étudiante organisée le mardi 10 avril à l'université Rennes 2 a voté en faveur du blocage de la fac.
L'assemblée générale étudiante organisée le mardi 10 avril à l'université Rennes 2 a voté en faveur du blocage de la fac. — C. Allain / 20 Minutes
  • L’assemblée générale de Rennes 2 a voté en faveur de la poursuite du blocage.
  • Les antis s’étaient pourtant mobilisés, la présidence avait envoyé un mail à tous les étudiants.
  • L’université était bloquée depuis lundi.
  • Des tensions apparaissent au sein des rangs étudiants.

Des cris de joie pour certains, des mines déconfites pour d’autres. Mardi, l’assemblée générale étudiante a voté en faveur d’un blocage de l’université Rennes 2 jusqu’à lundi, afin de protester contre la loi Orientation et réussite des étudiants​. Sur 2.500 votants (sur 20.000 inscrits à l’université), du jamais vu depuis la mobilisation contre le contrat première embauche en 2006, 1.600 personnes ont voté pour la poursuite du blocage débuté lundi.

« C’est notre seul moyen de faire pression, de faire plier le gouvernement », martèlent les étudiants mobilisés. « Trois semaines de blocage, c’est chiant, mais c’est avant tout notre avenir qui est en jeu », lance une jeune femme à la tribune.

Les antis s’étaient mobilisés

L’assemblée générale de mardi aura pourtant vu bon nombre d’étudiants prendre le micro pour manifester leur désaccord face à ce moyen de pression. « Je suis en master, j’aimerais juste passer mes examens et valider mon année. Le blocage, je ne suis pas sûre que cela serve à grand chose », témoigne Elsa.

Comme elle, les 20.000 étudiants de la fac de sciences humaines avaient reçu un mail de la présidence, les invitant à venir s’exprimer en AG. La mobilisation n’aura pas suffi. « On demande juste à aller en cours, témoigne Séléna. Je suis sûr que beaucoup d’étudiants subissent ces blocages. Certains ont peur », témoigne Séléna. Cette étudiante en première année a même participé à une tentative de déblocage lundi matin, qui a débouché sur des frictions entre étudiants.

Une illustration de la tension qui règne entre les deux « camps ». L’AG a également voté en faveur de l’obtention du second semestre pour tous les étudiants en cas d’annulation des partiels. « Mais quelle valeur aura ce diplôme ? », interroge une étudiante.