Rennes: Après avoir visité le monde, le graffeur Aero a posé ses bombes

ART De retour dans sa ville natale, il s’attache à « rendre les murs plus jolis »...

Camille Allain

— 

Le graffeur rennais Aero s'est spécialisé dans les portraits. Ses oeuvres sont visibles un peu partout à Rennes... et dans le monde.
Le graffeur rennais Aero s'est spécialisé dans les portraits. Ses oeuvres sont visibles un peu partout à Rennes... et dans le monde. — C. Allain / 20 Minutes
  • Avec War, Aero est l'un des street-artist les plus connus à Rennes.
  • Cuisinier à la vie, il a voyagé pendant quinze ans avant de rentrer dans la capitale bretonne.
  • Il y a un an, il a tout plaqué pour faire de la peinture son métier.
  • L'une de ses oeuvres vient de faire la une de la revue spécialisée Street Art Magazine.

Vous n’avez pas pu passer à côté. A l’instar de War, Aero est l’un des graffeurs les plus emblématiques de Rennes. Rentré d’un voyage autour du monde qui aura duré presque quinze ans, le street-artist s’attache depuis à « embellir les rues » de la capitale bretonne. Il y a un an jour pour jour, Mathieu lâchait son job de cuisinier pour se consacrer à 100 % au graff. Pour célébrer cet anniversaire, il a vu l’une de ses œuvres faire la une de la revue spécialisée Street Art Magazine. Consécration. Rencontre avec un maître de la bombe.

« Aero » pour aérosol mais aussi « pour le côté perché ». Son pseudo, il l’a trouvé il y a vingt ans quand il a débuté le graff dans un entrepôt désaffecté de la route de Lorient. « Je taguais un peu avec mes potes, avec mon frère aussi, qui connaissait du monde du milieu. On faisait ça pour se marrer », raconte Aero, alias Mathieu Croyal. Il ambitionne alors de recouvrir « tous les murs dégueulasses de Rennes ».

« Je n’ai jamais arrêté de peindre »

Il n’en aura pas le temps. En 2002, Mathieu part travailler comme cuisinier en Suisse. Piqué par le virus du voyage, il va ensuite bosser à la Réunion, Madagascar, Mayotte, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Guyane. Partout où il emporte ses couteaux de cuisine, il laisse son empreinte d’artiste. « Je me suis toujours débrouillé pour trouver du matériel. Je n’ai jamais arrêté de peindre ».

Le graffeur rennais Aero pose devant l'une de ses oeuvres. Ici un portrait de l'artiste Snoop Dog.
Le graffeur rennais Aero pose devant l'une de ses oeuvres. Ici un portrait de l'artiste Snoop Dog. - C. Allain / 20 Minutes

Rentré à Rennes il y a deux ans pour que ses enfants voient la famille, Mathieu s’est d’abord trouvé un nouveau job de cuistot. Avant de tout lâcher. « J’ai rencontré un patron avec qui ça ne s’est pas bien passé du tout. Il m’a dégoûté du métier. J’étais rincé ». C’était au printemps 2017, époque où Rennes a vu se multiplier les portraits hyper réalistes signés Aero. « J’avais besoin de retrouver la rue, de montrer aux Rennais que j’étais rentré, sourit le graffeur. J’avais envie que ça parle aux gens, que ça leur plaise. La culture graff, ce n’est pas toujours simple. C’est pour ça que j’ai fait du portrait ».

Un an après avoir tout plaqué, l’artiste a vu son nom circuler, ses œuvres photographiées (on en a sur notre Insta…). Du haut de ses 36 ans, Mathieu a fait de la peinture son métier. « J’ai passé des années à bosser 12 heures par jour, à taffer les week-ends. Aujourd’hui, j’ai encore pas mal de boulot. Mais quand je me lève pour faire de la peinture, j’ai le sourire ». Et ça se voit.