Bretagne: Le parc d’attractions Avalonys va devoir trouver un nouveau terrain

POLEMIQUE Face à une contestation grandissante, l’entreprise Enez Aval abandonne le site de Guipry-Messac...

Jérôme Gicquel

— 

Vendredi 30 mars, des dizaines d'agriculteurs étaient réunis sur une parcelle menacée par le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac.
Vendredi 30 mars, des dizaines d'agriculteurs étaient réunis sur une parcelle menacée par le projet de parc d'attractions Avalonys à Guipry-Messac. — C. Allain / 20 Minutes
  • Les porteurs du projet de parc d’attractions sur les légendes arthuriennes abandonnent le site de Guipry-Messac.
  • Sur place, la contestation du monde agricole était vive.
  • Un nouveau lieu d’implantation est à l’étude en Bretagne pour le parc Avalonys.

Dans les tuyaux depuis 2015, le parc d’attractions Avalonys ne verra finalement pas le jour à Guipry-Messac en Ille-et-Vilaine. La société Enez Aval, qui porte ce projet de parc sur le thème des légendes arthuriennes, a annoncé ce mardi qu’elle abandonnait le site de Cormeré, estimant que les conditions de réalisation du projet n’étaient « plus présentes ».

>> A lire aussi : Des agriculteurs en pétard contre un projet de grand parc d’attractions

Depuis plusieurs mois, une contestation s’était installée dans les environs pour dénoncer « ce projet aberrant », qui ambitionne d’accueillir 500.000 visiteurs dès la première année. Réunis vendredi sur le site, les syndicats agricoles avaient affiché leur unité pour « défendre les terres agricoles ».

Car pour construire le parc, la société Enez Aval avait prévu d’acheter ou de louer plus de 80 hectares de terres cultivables à l’entreprise Butagaz, propriétaire du site. Une aberration pour les agriculteurs qui s’inquiètent de la disparition progressive du foncier agricole. « Le béton grignote nos fermes », dénoncent-ils.

« Un projet démesuré pour le territoire »

Leur mobilisation a finalement fini par payer. « Dans le climat de crispation actuel, nous avons décidé d’abandonner le site. Le contexte ne nous permettait pas de poursuivre l’aventure, cela devenait difficile de créer de la confiance et de lever des fonds autour ce projet », souligne Aurélien Loro, président d’Enez Aval, confirmant une information du quotidien Ouest-France. « La tranquillité va pouvoir revenir à Guipry-Messac car ce n’était pas notre volonté d’aller au bras de fer », poursuit-il.

Une décision qui réjouit les militants de l’association La Puce de Cormeré, fermement opposés au projet depuis le début. « Ce projet était démesuré. Et la terre est une ressource non renouvelable et précieuse », souligne Jean-Marc Feunteun, porte-parole de l’association.

Un autre site à l’étude pour accueillir le parc

Le site de Guipry-Messac abandonné, le projet Avalonys n’est pas pour autant enterré. « On va rebondir sur un autre site qui est à l’étude et qui présente toutes les caractéristiques pour l’implantation du parc », indique Aurélien Loro, refusant d’être plus précis sur la localisation. « Ce sera en Bretagne », sourit-il.

Avec son projet estimé à 100 millions d’euros, Aurélien Loro et ses associés comptent faire revivre les légendes arthuriennes dans un parc d’attractions mélangeant les nouvelles technologies comme la réalité augmentée avec du spectacle vivant.