Groix, Belle-Ile, Ouessant, Molène… La Bretagne veut se rapprocher de ses îles

MER Un nouveau bateau a été mis en service vers l’île de Groix ce jeudi…

Camille Allain

— 

Un navire de la compagnie Océane s'approche du port de l'île de Groix, dans le Morbihan.
Un navire de la compagnie Océane s'approche du port de l'île de Groix, dans le Morbihan. — S. SALOM-GOMIS/SIPA
  • Un nouveau bateau a été baptisé jeudi. Le Breizh Nevez effectuera la liaison entre l’île de Groix et le continent.
  • Désormais compétence régionale, le transport maritime est un lien vital pour les insulaires.
  • Le bateau est un facteur d’attractivité, alors que la plupart des îles perdent des habitants.

C’est un moment historique. En 2018, l’île de Groix a vu sa population augmenter. D’après les données de l’Insee, pareil événement ne s’était pas produit depuis 1911. Pour « fêter » cela, les 2.230 Groisillons ont pu applaudir le Breizh Nevez jeudi, le nouveau navire chargé d’effectuer la navette entre l’île et le continent. « Cela faisait une quinzaine d’années que l’on n’avait pas eu de nouveau bateau. C’est un peu la fête », reconnaît Dominique Yvon.

Le maire de Groix n’a pas toujours été aussi optimiste. En 2014, les insulaires avaient très mal vécu la décision de réduire le nombre de liaisons quotidiennes avec le continent ordonnée par le conseil départemental du Morbihan. La loi NOTRe est passée par là et c’est désormais la région Bretagne qui a la charge du dossier. « On a été entendus et la cinquième rotation qu’on avait en hiver a été rétablie », poursuit le maire, satisfait. Ce bateau supplémentaire permet aux Groisillons d’aller faire du sport sur le continent, de se rendre chez le dentiste ou à l’hôpital.

Le bateau, un lien vital avec la terre ferme

Si la liaison maritime a tant d’importance pour les insulaires, c’est qu’elle représente un lien vital avec la terre ferme. C’est par le bateau qu’arrive la nourriture, et c’est par là que repartent les ordures ménagères, par exemple. « Plus on aura de rotations et moins ce sera un frein de s’installer ici. Aujourd’hui, j’estime que nous sommes bien desservis », reconnaît Dominique Yvon. « On ne peut pas habiter sur une île et avoir un service urbain », prévient Gérard Lahellec. Mais le conseiller régional chargé des transports connaît l’importance de la liaison maritime. « La proximité rend la vie plus facile sur place. Ça renforce son attractivité », estime l’élu.

Quasiment toutes confrontées à une baisse de leur population (Belle-Ile progresse légèrement), les îles bretonnes sont toutes demandeuses d’une meilleure liaison avec le continent. « Ce n’est pas simple. Dans le Finistère, nous dépendons des marées, des courants, des ports. Allez essayer d’accoster à Molène par gros temps et vous verrez », prévient Gérard Lahellec.

« Les îles sont un joyau pour la région »

La région devrait engager une réflexion autour de l’achat d’un nouveau bateau pour l’île de Sein. Ce navire pourrait à terme desservir Ouessant et Molène et ainsi « rapprocher » les insulaires de la terre ferme. « Tout cela a un coût, c’est évident mais c’est un service public. Et puis, les îles sont un véritable joyau pour la région », estime le maire de Groix. Et un joyau, ça se paye.