Rennes: Malgré l'annonce du blocage, la direction de Rennes 2 invite les étudiants à venir en cours

SOCIAL Les opposants à la sélection à l'université participent à une journée d'action nationale...

C.A.

— 

Le campus Villejean de l'université Rennes 2 a été bloqué par des étudiants opposés à la sélection à l'université, le 1er février 2018.
Le campus Villejean de l'université Rennes 2 a été bloqué par des étudiants opposés à la sélection à l'université, le 1er février 2018. — C. Allain / 20 Minutes
  • L'assemblée générale de Rennes 2 a voté en faveur du blocage les 15 et 22 mars.
  • Les organisateurs entendent protester contre la sélection à l'université.
  • La direction de l'université de sciences humaines a tout de même invité les étudiants et le personnel à venir en cours.
  • La direction a refuser d'annuler les cours considérant qu'il s'agit «d'une atteinte à la liberté de chacun».

« L’équipe de direction fera tout son possible pour que l’ensemble des activités prévues ce jour se déroulent normalement. Nous appelons les étudiant·e·s et les personnels à être présent·e·s sur les campus dès le début des cours ». L’université Rennes 2 a pris la plume (à écriture inclusive) ce mercredi pour inviter ses étudiants à venir en cours ce jeudi, malgré l’annonce du blocage.

Voté en assemblée générale, le blocage est loin de faire l’unanimité et contesté par la présidence. D’après les portes-paroles du mouvement, le choix de ce mode d’action est la conséquence « du refus de l’université de banaliser quatre heures de cours en milieu de journée ». « Nous avons reçu un mandat impératif non négociable de lever les cours de 10h30 à 15h. Pour nous, il s’agit d’une atteinte à la liberté de chacun de participer ou non au mouvement », explique Christine Rivalan-Guégo, vice-présidente du conseil d’administration de l’université, pour justifier le refus.

Pas « d’échanges constructifs »

La direction « constate l’absence de possibilité d’échanges constructifs » et aurait préféré accorder une levée d’assiduité aux étudiants souhaitant s’absenter pour participer au mouvement national de lutte contre la sélection à l'université. « Quand on nous l’a demandé, nous l’avons toujours accepté », poursuit la vice-présidente.

A la veille du blocage annoncé, de nombreux étudiants s’interrogent sur la tenue des cours. Certains enseignements ayant lieu le jeudi ont été annulés à cinq reprises par la paralysie des campus. « On ne va pas aller à l'affrontement physique​. Le campus de Villejean est grand et il est sans doute facile de le bloquer. Mais il y a sans doute une réflexion à mener pour trouver d’autres formes de protestation », propose Christine Rivalan-Guégo.