Rennes: Les amateurs de jeux vidéo veulent bâtir leur propre maison

INITIATIVE Le projet est inscrit pour cette troisième saison du budget participatif…

Camille Allain

— 

Illustration d'un enfant jouant dans une salle d'arcade reconstituée près de Rennes lors d'un événement dédié au jeu vidéo.
Illustration d'un enfant jouant dans une salle d'arcade reconstituée près de Rennes lors d'un événement dédié au jeu vidéo. — C. Allain / 20 Minutes
  • Un projet de Maison du jeu vidéo est soumis au vote des Rennais.
  • L’initiative est portée par des passionnés dans le cadre du budget participatif.
  • Le lieu serait un mélange d’espace de coworking, de lieu d’exposition et de salle de jeu.

Ils ne se revendiquent pas comme des geeks. Encore moins comme des « gamers ». Mais ils ont la ferme intention de mener à bien leur projet de Maison du jeu vidéo. Portée par l’association Piksel Club, l’idée de ce centre culturel dédié à la manette sera soumise au vote des Rennais à compter de ce jeudi, dans le cadre de la troisième saison du budget participatif.

Coworking, expos, espace de jeu…

Née il y a un an dans l’esprit de quelques passionnés, cette future Maison du jeu vidéo pourrait être une première en France. Un QG abritant un lieu de coworking et un grand bâtiment ouvert au public, à cheval entre le musée et l’espace de jeu. « On mélange l’amateur et le professionnel. C’est un peu le Jardin Moderne du jeu vidéo. A notre connaissance, ça n’existe pas ailleurs », explique Basile Richer, co-responsable de Piksel Club.

Pensé et réfléchi par des dizaines d’amoureux du jeu, le lieu n’aura pas vocation à devenir une salle d’arcade. « Le modèle est un peu mort. Notre idée, c’est surtout de présenter le jeu vidéo sous toutes ses formes. C’est un art et il a des bienfaits », poursuit le porteur du projet. La Maison souhaiterait par exemple initier les plus jeunes au code et au développement, mais aussi se tourner vers les anciens. « Il y a une vraie demande des maisons de retraite ».

« Le jeu vidéo, c’est une expérience »

A l’origine de la création du Stunfest​, l’expérimentée association 3 Hit Combo a beaucoup œuvré pour le jeu vidéo à Rennes. Logiquement impliquée dans le projet, la structure juge cette future maison « utile ». « Il y a tellement de choses à dire et à montrer. Le jeu vidéo, ce n’est pas que du jeu. C’est une expérience. On voit même des scientifiques travailler sur le sujet », estime Aymeric Lesné, coordinateur de 3 Hit Combo.

A travers ce lieu de rassemblement, Piksel Club espère également mettre en lumière le territoire rennais, à la pointe dans le numérique mais qui peine à émerger sur le secteur pourtant porteur du jeu vidéo. « Rennes en a le potentiel », promet Basile Richer. Ce ne sont pas les frères Guillemot, patrons bretons de l’empire Ubisoft, qui diront le contraire.