Rennes: Après une année record, Le Liberté cherche à attirer plus d’artistes internationaux

CULTURE La salle de spectacles a attiré 230.000 spectateurs sur 95 dates l’an dernier…

Jérôme Gicquel

— 

Le Liberté dispose d'une capacité maximale de 5.300 spectateurs.
Le Liberté dispose d'une capacité maximale de 5.300 spectateurs. — Franck Hamon
  • Rénové en 2009, Le Liberté a connu une fréquentation record l’an dernier.
  • Certains jugent cependant la salle trop petite pour accueillir des grosses tournées.
  • Dans le futur, Le Liberté souhaite attirer plus d’artistes internationaux.

A défaut de Zénith comme à Nantes, Rennes a son Liberté. Et la salle de spectacles se porte plutôt bien avec 230.000 spectateurs accueillis sur les 95 dates programmées l’an dernier. « C’est un record depuis la rénovation des lieux en 2009 », se félicite Yves Barré, directeur des lieux. Pas de quoi cependant faire taire les mauvaises langues qui réclament depuis plusieurs années la création d’une salle avec une plus grande jauge pour accueillir des grandes tournées internationales.

Il y a bien le MuzikHALL et ses 7.000 places au Parc Expo mais le lieu est jugé trop vétuste et pas assez adapté pour les spectacles. Quant au Liberté et ses 5.300 spectateurs maximum (assis et debout), il est jugé trop petit pour certains. « La jauge est en effet assez petite et les grosses tournées vont plutôt privilégier Nantes pour une date dans l’Ouest », indique Jean-Baptiste Cochet, administrateur de 213 Productions. A ses yeux, Le Liberté a pourtant des avantages. « C’est assez rare de trouver une grande salle de spectacles en plein centre-ville.

Une ville jeune et branchée musique

« Et puis les Rennais sont attachés à cette salle », assure-t-il. Il n’empêche, quand Arcade Fire ou Scorpions passeront par l’Ouest cette année, c’est à Nantes qu’ils s’arrêteront. « Mais nous aurons Franz Ferdinand en mars à Rennes pour une date unique dans l’Ouest », répond Yves Barré.

Un joli coup qui en appelle d’autres, selon le directeur. « Nous avons une carte à jouer sur ces groupes internationaux de taille intermédiaire. C’est un axe que nous allons creuser », assure Yves Barré, qui compte pour cela sur la notoriété de la ville. « Rennes a la chance d’être bien identifiée dans l’industrie musicale. C’est une terre de festivals, une ville rock avec une population jeune qui est très branchée culture », poursuit-il.

>> A lire aussi : Rennes: L’étude pour le projet d’Arena lancée au printemps

Et si un Zénith ou une Arena devaient un jour sortir de terre dans l’agglomération rennaise, il faudrait alors « repenser la vocation du Liberté », selon son directeur. « Mais je ne pense pas que Rennes ait la taille suffisante pour autant d’équipements », conclut-il.