Rennes: Quel avenir pour le parking Vilaine?

STATIONNEMENT La maire de Rennes a annoncé qu’un débat allait s’ouvrir cette année sur le sujet…

Jérôme Gicquel

— 

Le parking Vilaine compte précisément 252 places dans le centre-ville de Rennes.
Le parking Vilaine compte précisément 252 places dans le centre-ville de Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • L’avenir du parking Vilaine à Rennes devrait être tranché cette année.
  • Pour les écologistes, l’équipement doit être supprimé pour redécouvrir la Vilaine.
  • La droite défend quant à elle l’utilité de ce parking situé dans le centre-ville.

Véritable serpent de mer, l’avenir du parking Vilaine dans le centre-ville de Rennes refait surface. A l’occasion de ses vœux à la presse lundi, la maire Nathalie Appéré a remis le sujet sur la table en annonçant sa volonté « d’ouvrir le débat » dès cette année.

Dans la perspective des élections municipales de 2020, l’élue a donc décidé d’accélérer sur ce dossier. En avril 2016, son premier adjoint Sébastien Sémeril avait pourtant annoncé que le débat sur l’avenir du parking ne pourrait se faire « qu’au prochain mandat, quand la seconde ligne de métro sera livrée ».

« La mort du commerce de centre-ville » selon l’opposition

Si les contours de ce débat restent encore flous, l’annonce agite déjà la classe politique. « Nous réclamons depuis longtemps la suppression de ce parking, qui est une vraie verrue dans le centre-ville », indique Matthieu Theurier, chef de file des écolos à Rennes.

« On ne peut pas décider de supprimer 250 places de stationnement dans le centre-ville sans avoir au préalable une offre alternative. Si on supprime ce parking, on signe aussi la mort du commerce de centre-ville », s’insurge Bertrand Plouvier, leader du groupe d’opposition Alternance 2020. Usager régulier des lieux, Pascal abonde en ce sens. « Ce serait une belle connerie de le supprimer. Il est toujours plein. Cela veut bien dire qu’il est utile, surtout quand on a les bras chargés après des courses en ville. »

La reconquête de la Vilaine

Si la décision de supprimer le parking Vilaine était actée, cela offrirait la possibilité à la ville de redécouvrir sa rivière, cachée à cet endroit sous des tonnes de béton. A l’occasion de la concertation sur le projet urbain Rennes 2030, de nombreux Rennais avaient en effet exprimé leur souhait de renforcer la place de l’eau en ville.

>> A lire aussi : Rennes veut (enfin) dévoiler les charmes de sa Vilaine

Cette opération de reconquête de la Vilaine a déjà été engagée depuis plusieurs mois avec le chantier du quartier Baud-Chardonnet situé sur les berges de la rivière ou l’aménagement de l’îlot de l’Octroi au bout du mail François-Mitterrand. « Il faut être fier d’avoir une rivière et ne pas la cacher », souligne Matthieu Theurier, imaginant déjà des navettes fluviales sur la Vilaine et « des promenades à fleur d’eau » en plein centre-ville.