Rennes : Que va devenir le tunnelier Elaine quand il aura terminé la ligne B du métro ?

CHANTIER Le monstre de fer marque une dernière escale avant d’achever sa mission en février...

Camille Allain

— 

Le tunnelier Elaine chargé de creuser la ligne B du métro a perforé la station Saint-Germain le 19 juillet 2016, à Rennes.
Le tunnelier Elaine chargé de creuser la ligne B du métro a perforé la station Saint-Germain le 19 juillet 2016, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Le creusement du tunnel de la ligne B du métro de Rennes s'achèvera en février.
  • Le tunnelier Elaine sera ensuite démonté et renvoyé en Allemagne.
  • Il faudra 70 camions pour transporter ses 1.500 tonnes.

Elle s’appelle Elaine. Et d’ici quelques semaines, elle n’existera plus. Arrivé aux Gayeulles dans la nuit de vendredi à samedi pour sa dernière escale, le tunnelier a presque terminé le creusement de la ligne B du métro de Rennes.

Encore 600 mètres à parcourir

Entamé en janvier 2015, le forage des 8,6 kilomètres de tunnel profond devrait s’achever autour du 20 février, quand Elaine atteindra le puits de sortie situé en amont de la station Joliot-Curie. « Nous avons avancé de 20 à 24 mètres chaque jour, ce qui est au-dessus de nos objectifs. Il ne nous reste 600 mètres à parcourir », précise Xavier Tirel, directeur de la Semtcar, société d’économie mixte chargée du dossier.

Un rythme soutenu qui ne permettra cependant pas de rattraper le retard cumulé l’an dernier. A la même époque, le sol d’un magasin s’était affaissé rue de Saint-Malo, paralysant le tunnelier pendant quatre mois et demi. L’épineux dossier est toujours en négociation entre les entreprises et la Semtcar. « Nous devrions pouvoir contracter un peu le planning mais il y a des verrous qu’on ne peut pas lever », poursuit Xavier Tirel. Annoncée pour mi 2020, la livraison de la ligne B pourrait être légèrement retardée.

Elaine sera démontée et renvoyée en Allemagne

Avant cela, il faudra restituer le tunnelier dans son intégralité. Fabriquée par la société Herrenknecht pour un montant estimé à 27 millions d’euros, Elaine a été louée à la société Dodin-Campenon-Bernard, filiale de Vinci chargée du chantier. En février, elle sera entièrement démontée à Rennes et renvoyée en Allemagne à bord de 70 camions. Un travail colossal quand on sait que la bête fait 100 mètres de long et pèse près de 1.500 tonnes.

Et que va-t-elle devenir ? « Il y a des éléments qui seront sans doute réutilisés sur d’autres tunneliers. D’autres pièces en acier comme la roue de coupe seront fondues », promet le patron de la Semtcar. Une partie des matériaux, usés par ce chantier de trois ans, seront jetés. Il semblait dans tous les cas difficile de réembaucher Elaine pour un autre chantier. « Chaque projet a ses spécificités, chaque sol a une nature différente ».

En 1998, le tunnelier chargé de forer les 3,5 km de tunnel profond de la ligne A était une seconde main déjà utilisée à Lille. « Il avait fini très très fatigué », se souvient un technicien. Deux fois plus puissante, Elaine affiche une meilleure longévité.