Plus fort que la LGV, Ouigo fait exploser le trafic en gare de Rennes

TRANSPORTS Une nouvelle ligne ouvre dimanche entre Rennes et Montparnasse…

Camille Allain

— 

Un train Ouigo s'apprête à quitter le quai de la gare de Rennes, le 8 décembre 2017.
Un train Ouigo s'apprête à quitter le quai de la gare de Rennes, le 8 décembre 2017. — C. Allain / 20 Minutes
  • La gare de Rennes a vu le trafic augmenter de 25 % depuis juillet.
  • La LGV a joué un rôle, tout comme les trains low-cost Ouigo.
  • Une liaison Ouigo ouvre dimanche entre Rennes et la gare Montparnasse.

Midi trente vendredi. Le train bleu et rose en direction de Strasbourg affiche quasi complet. A bord, de très nombreux voyageurs n’iront pas jusqu’en Alsace mais s’arrêteront à Massy ou à Roissy, seules gares parisiennes desservies par Ouigo jusqu’à aujourd’hui.

Ce dimanche, la SNCF inaugure sa nouvelle ligne low-cost entre Rennes et Vaugirard, gare adjacente à Montparnasse. Pour 15 euros environ, vous pourrez rejoindre la capitale intra-muros en une heure et demie. Qui dit mieux ?

Un quart de trafic en plus à Rennes

Lancés en 2016, les trains Ouigo ont clairement trouvé leur clientèle dans la capitale bretonne. Depuis la mise en service de la LGV en juillet, le trafic des TGV a augmenté d’environ 12 % en gare de Rennes (comme sur l’ensemble de la Bretagne). Mais si l’on y ajoute le service Ouigo, la progression monte à +25 %.

« La stratégie du prix fonctionne », commente la direction régionale de la SNCF, qui a revu toutes ses grilles avec l’arrivée de la LGV. Pour booster ses trains du samedi jusqu’à Noël, la compagnie a par exemple lancé une offre à 44 euros en aller-retour vers Paris. Un tarif très attractif qui reste cependant supérieur aux billets Ouigo. « C’est le prix qui compte. Pour moi, c’est un vrai plus qu’ils ouvrent une ligne vers Montparnasse », témoigne Pascal avant de grimper dans son train.

« Avant, je n’avais pas le budget »

Sandwich à la main (il n’y a pas de bar dans les trains low-cost), Amandine va voyager vers Massy pour la troisième fois en quelques mois. « Avant, ça m’arrivait d’y aller mais c’était plus rare. Je suis étudiante, je n’avais pas le budget. Ce qui est bien, c’est que le prix reste bas même quand on s’y prend au dernier moment ». A condition qu’il reste des places. Vendredi, le train Ouigo a transporté 2.126 passagers entre Rennes et Strasbourg, pour une capacité de 1.260 places. « On vide presque le train à Paris pour le remplir », explique le contrôleur.

La création de la ligne vers Montparnasse fait cependant quelques malheureux, car la ligne directe vers Tourcoing desservant Lille est supprimée, tout comme celle vers Strasbourg.  Une pétition a été lancée par des habitués.