Rennes: Métro, TGV, stade de foot… Faut-il mettre de la 4G partout?

INTERNET Orange a installé des antennes au Roazhon Park…

Camille Allain

— 

Illustration d'un homme utilisant son smartphone au Roazhon Park, l'antre du Stade Rennais.
Illustration d'un homme utilisant son smartphone au Roazhon Park, l'antre du Stade Rennais. — C. Allain / 20 Minutes
  • Orange a installé un réseau 4G au Roazhon Park.
  • L'opérateur avait déjà couvert la nouvelle ligne à grande vitesse.
  • Un projet de couverture 4G du métro est également dans les cartons.
  • Certaines associations s'inquiètent de la multiplication des ondes.

Le grand test sera mené samedi, lors du derby entre Rennes et Nantes. Tout fraîchement installé sous les toits du Roazhon Park, le nouveau réseau 4G d’Orange sera mis à l’épreuve des 30.000 spectateurs présents dans les travées du stade. Un investissement de 300.000 euros consenti par l’opérateur pour améliorer la connexion de ses clients les soirs de match. « Les jours de grosse affluence, c’était compliqué. Nous avions tous des problèmes de connexion », témoigne Olivier Tomine, directeur des services au Stade Rennais.

« Les besoins des clients explosent »

La situation s’est même dégradée ces dernières années. « Les besoins des clients explosent. Il y a trois ou quatre ans, la norme c’était de partager des photos. Aujourd’hui, tout le monde veut envoyer des vidéos », poursuit Pierre Jacobs le directeur régional d'Orange. Pour satisfaire leurs clients, les opérateurs doivent donc augmenter le débit.

En juillet, Orange s’était félicité de couvrir toute la nouvelle ligne à grande vitesse Rennes Paris en réseau 4G. Il lui avait fallu installer des antennes tous les trois kilomètres environ. « Il n’y a pas que les voyageurs du train qui en profitent. La couverture mobile est améliorée sur un rayon de trois kilomètres », promet Pierre Jacobs.

Bientôt dans le métro

Si beaucoup y voient un atout pour surfer sur le web depuis leur mobile, d’autres s’inquiètent du rayonnement des ondes. Ce fut le cas lors de l’annonce de la couverture prochaine des deux lignes de métro rennaises. Plusieurs associations s’étaient dites «inquiètes des conséquences sur la santé publique ». Rennes Métropole s’était montrée rassurante, promettant même que le réseau allait « diminuer l’exposition générale aux ondes électromagnétiques », en empêchant les téléphones de rechercher du réseau en permanence. Même les élus écologistes avaient acquiescé.

Il y a quelques semaines, Toulouse est devenu la première ville française à se doter d’un réseau 4G souterrain. A Rennes, le chantier a été confié à TDF. Il faudra attendre l’été 2018, au mieux, pour l’essayer.

« Des antennes, il y en a partout »

Régulièrement interrogés au sujet des ondes, les opérateurs dédramatisent. « Des antennes il y en a partout. Mais ce ne sont pas elles qui émettent le plus mais les téléphones qui cherchent leur réseau. Il faut être vigilant avec l’usage intensif. On peut par exemple utiliser des oreillettes », conseille le directeur d’Orange.