VIDEO. Rennes: Une pollution touche la Vilaine, des centaines de poissons suffoquent

ENVIRONNEMENT Selon la préfecture, la pollution serait liée à un rejet de matière organique…

Jérôme Gicquel

— 

La rivière la Seiche, ici à Janzé (Ille-et-Vilaine), le 20 septembre 2017, soit un mois après la pollution de Lactalis.
La rivière la Seiche, ici à Janzé (Ille-et-Vilaine), le 20 septembre 2017, soit un mois après la pollution de Lactalis. — C. Allain / 20 Minutes

Des cadavres de poissons qui flottent à la surface de l’eau, des centaines d’autres qui suffoquent à la surface. Voilà le triste spectacle observé depuis ce week-end sur les berges de la Vilaine, au niveau de la commune d’Acigné à l’est de Rennes, ainsi que dans le Semnon à Pléchatel et dans le Meu au niveau d’Iffendic.

Alertés par la fédération locale de pêche, les services de l’Etat se sont rendus sur place pour constater la pollution. Selon la préfecture, « la mortalité observée des poissons, considérée comme faible, n’est probablement pas liée à une pollution illicite », comme cela avait le cas fin août sur la rivière La Seiche.

La sécheresse pourrait expliquer la pollution

Il s’agirait plutôt « de la conjugaison d’un très faible débit d’étiage, très marqué en cette saison et en période de sécheresse, et d’un effet de plan d’eau en amont de chaque moulin qui limite l’oxygénation naturelle des cours d’eau et stocke de la vase enrichie de matières organiques », précise la préfecture d’Ille-et-Vilaine dans un communiqué, ajoutant qu’aucun dysfonctionnement des stations d’épuration n’a été constaté. « Le retour des pluies permettra au milieu de recouvrer un meilleur état avec l’effet de dilution des rejets », poursuivent les services de l’Etat.

>> A lire aussi : VIDEO. Pollution de la Seiche: Lactalis promet «de réparer au plus vite»

Cette nouvelle affaire intervient deux mois après la grave pollution qui avait touché la rivière La Seiche, à l’origine de la mort de milliers de poissons. La pollution provenait cette fois d’un rejet de matière organique émanant de l’usine voisine de Lactalis à Retiers. Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes.