Rennes: Bloqué plusieurs années par une salamandre, l’éco-village des Matelouères a pris vie

IMMOBILIER Le chantier aura mis plus de dix ans à sortir en raison d’une longue bataille juridique autour de cet amphibien…

Jérôme Gicquel
— 
Situé dans le quartier de La Poterie à Rennes, l'éco-village Les Passerelles des Matelouères est composé de 53 logements.
Situé dans le quartier de La Poterie à Rennes, l'éco-village Les Passerelles des Matelouères est composé de 53 logements. — Coop de Construction / SO.RE.IM
  • L'éco-village des Matelouères vient d'être inauguré dans le quartier de la Poterie.
  • Le projet a été bloqué plusieurs années en raison de la présence d'une salamandre.
  • La justice avait débouté les opposants au projet en 2014.

C’était l’un des projets immobiliers les plus épineux pour la municipalité rennaise ces dernières années. Après une longue bataille juridique, les habitants de l’éco-village Les Passerelles des Matelouères, situé dans le quartier de La Poterie à Rennes, ont enfin pu prendre possession de leur logement depuis quelques mois. « C’était long, très long même. Mais ça valait la peine d’attendre », sourit l’une des résidentes de ce programme immobilier, composé d’une cinquantaine de logements.

Initié en 2006 par la ville de Rennes, le projet, inspiré de l’éco-village Bedzed au sud de Londres, a mis plus de dix ans à sortir de terre. C’est la présence sur cette ancienne prairie d’une salamandre tachetée, connue sous le nom scientifique de salamandra salamandra, qui avait mis le feu aux poudres. Prenant la défense de ce petit amphibien, classé parmi les espèces protégées, le collectif Nature en Ville était monté au créneau pour s’opposer à ce projet immobilier.

« La salamandre était un prétexte »

Plusieurs recours contre le permis de construire avaient ainsi été déposés en 2011, ouvrant la voie à une longue procédure juridique. Les opposants avaient finalement été déboutés par le tribunal en 2014.

« Les travaux ont démarré avec trois ans de retard », souligne Olaf Malgras, président de la Coop de Construction, co-promoteur du projet avec la SO.RE.IM. « Entretemps, certains clients et certaines entreprises se sont rétractés. Mais tout se termine bien », assure-t-il.

>> A lire aussi : Nice: Délogés par un chantier, les hérissons résistent

« Les opposants n’ont jamais compris que le projet, dès ses débuts, était dans une démarche environnementale. La salamandre était finalement un prétexte », poursuit son homologue Daniel Guillaume de la SO.RE.IM.

« La faune sera préservée dans cette prairie avec des jardins partagés. Les voitures y sont également interdites », détaille Olaf Malgras. Pour protéger la fameuse salamandre, qui a ses aises dans les douves de la prairie, une clôture séparant le bois du programme immobilier a également été installée.