Rennes: Non, la rue Saint-Hélier ne sera pas interdite aux automobiles

TRANSPORTS Une association de cyclistes espère ouvrir le débat sur cet axe très fréquenté...

Camille Allain

— 

Une bande cyclable a été aménagée sur la rue Saint-Hélier à Rennes.
Une bande cyclable a été aménagée sur la rue Saint-Hélier à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

L’information était inventée, mais elle a été très commentée. Dans un post Facebook publié dimanche, l’association Rayons d’Action annonçait la fermeture à la circulation automobile de la rue Saint-Hélier au profit d’aménagements cyclistes. Un « fake » qui a beaucoup fait réagir. Très commerçant, l’axe, qui fait partie des plus fréquentés du centre-ville par les voitures, ne sera pas fermé à la circulation.

« Pas d’aménagement de qualité sans supprimer du stationnement »

L’idée a en fait germé dans l’esprit des bénévoles du collectif de promotion du vélo après la création d’une courte portion de bande cyclable sur cet axe particulièrement inconfortable pour les deux-roues. « C’est un secteur très contraint. On ne pourra jamais y faire un aménagement de qualité sans supprimer du stationnement ou une voie de circulation. Nous voulions ouvrir le débat », explique Charles Levillain, membre de Rayons d’Action.

Avec son message, l’association a en tout cas fait bondir plusieurs commerçants de la rue, inquiets de lire que toutes les places de stationnement seraient supprimées. « Nous voulions susciter le questionnement. Beaucoup de professionnels pensent "no parking, no business". Mais plusieurs études montrent que ce n’est plus vrai », poursuit le cycliste.

>> A lire aussi : Vélos, piétons, autos.... la délicate équation pour partager la route

De son côté, la ville assure que ce nouvel aménagement « vise à rétablir une continuité cyclable ». Et que les logos appliqués au milieu de la route visent avant tout à « inciter les automobilistes à partager la voie ».

Ambitieuse, la ville de Rennes s’est fixée comme objectif d’atteindre 20 % de part modale pour le vélo en 2020. Un chiffre qui semble difficilement atteignable à trois ans de l’échéance, même si les comptages réalisés ces derniers mois montrent une hausse significative de la pratique.