Rennes: Déchets, urine et déjections. La ville lance un grand plan propreté

PROPRETE De nombreux habitants se plaignent des déchets dans la rue...

Camille Allain
Des poubelles ont été installées sur la place de l'Hôtel de ville, à Rennes.
Des poubelles ont été installées sur la place de l'Hôtel de ville, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • La ville de Rennes lance un grand plan propreté.
  • Des habitants se plaignent de voir des déchets dans la rue.
  • Les quartiers Maurepas, Villejean, Le Blosne et le centre-ville sont concernés.

Les bras chargés de cartons, trois gamins descendent de leur appartement de Villejean. Arrivés devant les poubelles, ils ne s’embarrassent pas et posent le tout au pied du point de tri, sans sourciller. Les jours passent et les déchets s’amassent. Trop courant, ce genre de scène a conduit la ville à se lancer dans un grand diagnostic de propreté qui débute ce jeudi. « Mon téléphone est rempli de photos de ces dépotoirs », admet la maire de Rennes Nathalie Appéré.

« Changer les comportements individuels »

A plusieurs reprises, les habitants du Blosne et de Villejean ont exprimé leur mécontentement lors de réunions publiques musclées. « Nos services vont s’améliorer », promet la maire. « Mais il faut aussi changer les comportements individuels ». Sur la place de Zagreb, au Blosne, les agents de la ville ramassent quotidiennement des déchets laissés par des habitants peu scrupuleux. « Des bouteilles, des sacs de bouffe vides. Certains passent la soirée là et laissent tout en plan », témoigne un habitué des lieux.

Des agents de la Feuille d'Erable ramassent les cartons dans la rue Le Bastard, à Rennes.
Des agents de la Feuille d'Erable ramassent les cartons dans la rue Le Bastard, à Rennes. - C. Allain / 20 Minutes

Du 5 au 25 octobre, sept agents sillonneront les rues de Maurepas et du Blosne afin de faire un état des lieux de la propreté. Ces derniers seront également présents dans le centre-ville, régulièrement victime de dépôts sauvages. « La fréquentation du centre est dopée le week-end. L’affluence peut générer beaucoup de déchets », constate Nathalie Appéré. Pour y faire face, les lieux de passage comme la place de l’Hôtel de ville ou République ont récemment été dotés de nouvelles poubelles.


S’il reste des points noirs comme les arcades de République, la situation dans le centre-ville s’est tout même améliorée ces dernières années, notamment grâce aux efforts des commerçants. « C’est beaucoup mieux maintenant. Avant, on sortait nos cartons quand on voulait. Ils pouvaient rester là toute la journée », se souvient Adrien, qui travaille dans une boutique de la rue Le Bastard. Depuis le plan commerce, les professionnels doivent impérativement s’en débarrasser le matin, avant le passage du camion de la Feuille d’Erable. « Sinon, on doit tout remettre en réserve. Plus rien ne traîne ».

Dans la principale rue commerçante de la ville comme ailleurs, ce sont surtout les dépôts sauvages qui posent problème. « Je viens vider mes poubelles le matin parce que le soir il y en a partout. Tant qu’ils ne mettront pas les 180 euros d’amende aux gens qui ne respectent pas, ça restera crade », estime un patron de bar de la place Sainte-Anne. D’autres se plaignent des odeurs d’urine ou des déjections canines. Pour connaître les attentes de chacun, la ville mettra en ligne un questionnaire du 13 au 31 octobre. La collecte s’annonce chargée.