Pôle emploi: Au lieu d'être sur Twitter, quel avant-centre au chômage pourrait signer au Stade Rennais?

FOOTBALL Histoire de faire plaisir à Christian Gourcuff...

Jeremy Goujon

— 

Duo magique.
Duo magique. — F. Mori / AP / Sipa
  • « Ce sont les gens qui ne travaillent pas qui passent leur temps sur les réseaux [sociaux] », a déclaré l’entraîneur du SRFC, la semaine dernière.
  • En quête d'un nouveau n°9 depuis la grave blessure d'Ismaïla Sarr, le club breton devrait donc jeter son dévolu sur un joueur actuellement sans job...

En mal d’avant-centre depuis le départ de Giovanni Sio, le Stade Rennais a montré ses limites offensives face à Caen (0-1), et risque de le payer très cher dans les semaines à venir.

>> A lire aussi: Pourquoi le Stade Rennais n'a-t-il jamais réussi à former un véritable n°9?

Sauf si le SRFC, privé d’Ismaïla Sarr pour un bon moment, décide de se renforcer. En embauchant un joueur libre, par exemple…

Cheick Diabaté (29 ans). Sans club depuis la résiliation de son contrat à Osmanlıspor (Turquie), l’attaquant préféré de Julien Cazarre avait inscrit huit buts en 14 matchs de Ligue 1 avec Metz, la saison dernière. Un ratio impressionnant qui n’a bizarrement pas permis au gentil géant (1,94 m) de retrouver un employeur. « Pour un entraîneur, c’est une mine d’or », assure pourtant le coach des Grenats, Philippe Hinschberger. Autrement dit, le Malien pourrait rendre de grands services au Stade Rennais. En attendant, une question reste en suspens : où t’es, Cheick Diabaté ?

Marouane Chamakh (33 ans). Les supporters bordelais en rêvent encore la nuit. De quoi ? Du duo que le Franco-Marocain composait avec Yoann Gourcuff entre 2008 et 2010, d’abord pour marcher sur la L1, ensuite pour régaler en Champions League (du moins, jusqu’en quarts de finale). Une C1 dans laquelle Chamakh co-détient d’ailleurs un record : il est l’un des cinq joueurs à y avoir marqué lors de six rencontres d’affilée, avec, notamment, Ruud van Nistelrooy, Cristiano Ronaldo et Edinson Cavani. Tellement fort, donc, que l’ancien Girondin serait capable de remettre sur pied son pote Yoyo…

Jérémie Aliadière (34 ans). « Ce qui est sûr, c’est que je serai la saison prochaine avec ma femme et mes enfants, et ce, quelle que soit la destination », révélait à 20 Minutes l’ex-futur prodige du foot français, en janvier 2017. Le natif de Rambouillet doit ainsi se trouver à Londres, où était restée sa famille quand il effectua son come-back au FC Lorient. Un nouveau trajet en Eurostar s’avérerait nécessaire pour sortir de la panade Christian Gourcuff, dont Aliadière est proche. « Il ne m’a pas encore proposé de le rejoindre à Rennes », déclarait le former Gunner en août 2016. Il n’est jamais trop tard pour bien faire…

Florian Raspentino (28 ans). Plus milieu offensif ou ailier que n°9, « Patatino » (du surnom que lui donna le regretté Loulou Nicollin) estime néanmoins pouvoir amener de « l’envie » à sa prochaine équipe. Ça tombe bien, Rennes en a cruellement manqué le week-end dernier, comme l’a admis Ludovic Baal. « Je veux aussi apporter mon expérience, je crois que je dois avoir 130 matchs en professionnel [149 même, pour être précis] », ajoute l’intéressé. Sachant que Gourcuff ne cesse de souligner l’immaturité de sa formation, Raspentino ne ferait décidément pas de mal au SRFC. Même si c’est un ancien Nantais.

Bonus : Toifilou Maoulida (38 ans). Son âge avancé ? L’homme aux bandelettes n’en a cure. « Regardez Benjamin Nivet [Troyes]. À mes yeux, il était encore le meilleur joueur de Ligue 2 la saison passée, affirme-t-il dans L’Équipe. Cette saison, il a 40 ans et il est toujours titulaire en Ligue 1. Pareil pour Hilton [Montpellier]. Leurs exemples me motivent […] Où je vais, il se passe toujours quelque chose. » À l’instar d’Aliadière, « Toi Le Filou » a en sus l’avantage de déjà connaître CG, pour avoir évolué sous ses ordres en rouge et noir durant la deuxième partie de saison 2001-2002. Alors, qu’est-ce qu’on attend (à la Piverdière) ?